GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Mars
Jeudi 21 Mars
Vendredi 22 Mars
Samedi 23 Mars
Aujourd'hui
Lundi 25 Mars
Mardi 26 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Les investigations du procureur spécial n'ont pas déterminé que l'équipe de campagne Trump, ou qui que ce soit associé à celle-ci, se soit entendu ou coordonné avec la Russie dans ses efforts pour influencer l'élection présidentielle américaine de 2016», a indiqué le ministre de la Justice Bill Barr dans un courrier transmis eu Congrès et rendu public.

    Dernières infos
    • CAN 2019 : l’Afrique du Sud obtient le dernier ticket pour la phase finale en battant la Libye (2-1)
    • CAN 2019 : la Tanzanie sera en Egypte pour la phase finale après s’être imposée 3-0 face à l’Ouganda déjà qualifiée
    • Football : l'équipe du Bénin s'est qualifiée pour la Coupe d'Afrique des nations 2019 en éliminant celle du Togo 2-1
    France

    Le prix Goncourt des lycéens 2013 attribué à Sorj Chalandon pour «Le Quatrième mur»

    media Sorj Chalandon, l'écrivain français a réçu pour son "Le Quatrième mur" le prix Goncourt des lycéens 2013. JF Paga/Grasset

    C’est à Rennes, aux Champs Libres, que le lauréat de la 26e édition du prix Goncourt des lycéens a été proclamé ce 14 novembre. Avec Le Quatrième mur (Grasset) de Sorj Chalandon, les lycéens ont fait le choix d’un roman qui parle de la guerre, de la résistance et l’utopie. Ainsi, les jeunes lecteurs se sont clairement détachés de la sélection finale du Goncourt des grands, mais aussi de celui des prix Femina et Médicis où ce livre n’apparaissait pas.

    C’est déjà le deuxième « Goncourt » que l’écrivain français Sorj Chalandon engrange en quelques jours. Après le prix Goncourt de l’Orient au Salon du livre à Beyrouth début novembre, c’est au tour du Goncourt des lycéens à lui attribuer un prix pour le Le Quatrième mur.

    Le roman de l’ancien reporter de guerre parle de la guerre civile qui a déchiré le Liban pendant les années 1970 et 1980 sous un angle inattendu. L’histoire raconte comment un étudiant français engagé s’avance naïvement dans le projet de monter Antigone d’Anouilh à Beyrouth, une ville en pleine guerre. La guerre, la résistance et l’utopie, voilà les ingrédients qui ont fait pencher la balance en faveur du roman de Chalandon chez les presque 2 000 lycéens de 49 classes qui ont participé cette année au Prix Goncourt des lycéens 2013 en étudiant les 15 livres sélectionnés par l’Académie Goncourt le 6 septembre.

    «Je suis touché et fier»

    Dans une première réaction en direction des lycéens, Sorj Chalandon a déclaré : « Je suis touché et fier pour le livre et d'autant plus touché que ce prix est pur et cristallin (…) C'est l'une des plus belles choses que vous pouviez me faire à moi et tout ce que j'ai dans le ventre et dans le cœur ».

    Dans Le Quatrième mur, Sorj Chalandon se met dans la peau de Georges qui se retrouve, malgré lui,  en 1976 au cœur du conflit sanglant qui règne au Liban. Il a insisté de tenir la promesse faite à Sam, un ami grec, réfugié, juif, qui est en train de mourir, de réaliser Antigone à sa place. Et cela malgré la guerre ou plus précisément pour faire taire les armes le temps d’une pièce. Tous les deux croient au pouvoir du théâtre et s’engagent dans une distribution pacifiste qui incluent des membres de toutes les communautés en guerre : le rôle d’Antigone, emblématique de la résistance, sera assurée par une Palestinienne, le roi Créon, symbole du roi qui met la loi au-dessus de tout, incarné par un chrétien et Hémon, le fiancé d’Antigone, qui se donne également la mort, sera interprété par un Druze et des chiites feront également partie de l’aventure.

    La façade imaginaire

    La clé du roman sera cette « façade imaginaire que les acteurs construisent en bord de scène pour renforcer l’illusion ». Ainsi explique Chalandon à travers son personnage Georges le sens du titre Le Qatrième mur. A la fin de l’histoire, les ennemis parlent enfin le même langage… jusqu'au moment la guerre reprend sa sinistre mission.

    La langue de Sorj Chalandon fait ressentir son besoin d’expédier les expériences traumatisantes que l’écrivain a vécu en tant que reporter de guerre. Les massacres de Sabra et Chatila en septembre 1982 sont restés gravés jusqu’à aujourd’hui dans la mémoire de Chalandon : « je me suis toujours juré qu’un jour j’y retournerai pour faire ce que je n’avais jamais fait ».

    Né en 1952, Chalandon a couvert de nombreux conflits sanglants comme en Irlande du Nord. Lors de la terreur des massacres des Palestiniens par les phalangistes chrétiens dont il était le témoin, Chalandon était obligé d’utiliser une langue clinique pour la décrire. En tant que journaliste, « j’ai oublié à pleurer. Et je me suis dit : il faut que ces larmes-là sortent ». En est sorti un roman de 336 pages sur l’horreur de la guerre au Liban qui a ému aussi les lycéens, la jeune génération d’aujourd’hui. Un gage pour l’avenir.

    ________________________________________
    Le Quatrième mur, de Sorj Chalandon, éditions Grasset, 336 pages, 19 euros.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.