GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Julian Assange inculpé aux Etats-Unis (WikiLeaks)
    • Défense: les Etats-Unis vont réduire de 10% le nombre de leurs soldats en Afrique (porte-parole)
    • Le «génocide» khmer rouge reconnu pour la première fois par le tribunal international
    • Incendie en Californie: le bilan s'alourdit à 63 morts et plus de 600 personnes portées disparues (shérif)
    France

    Début du procès de l'incendie de l'hôtel Paris-Opéra

    media L'incendie avait causé une vive émotion à Paris en avril 2005. AFP PHOTO JOEL SAGET

    C'est ce jeudi que s'ouvre à Paris le procès de l'incendie de l'hôtel Paris-Opéra qui avait causé la mort de 24 personnes et fait 50 blessés en avril 2005. L'établissement qui accueillait principalement des familles étrangères en difficulté était aux normes de l'époque, mais les gérants sont poursuivis pour homicides involontaires.

    C’est le procès d’une tragédie emblématique qui s’ouvre ce jeudi à Paris. Emblématique de la question du mal logement, laquelle demeure une réalité en France. Emblématique, aussi, de l’incurie qui régnait dans le parc hôtelier parisien au moment des faits. Reste que c’est d’abord une suite d’erreurs et de négligences individuelles consternantes qui sont à l’origine de l’incendie de l’hôtel Paris-Opéra qui causa, dans la nuit du 21 avril 2005, la mort de 24 personnes et fit 50 blessés, au 76 de la rue de Provence dans le IXe arrondissement de Paris.

    Une suite de maladresses

    Tout commence par une dispute entre Nabil Dekali, fils des gérants de l’hôtel, qui est ce soir-là de garde en tant que veilleur de nuit, et sa petite amie, Fatima Tahrour. Furieuse d’être délaissée par Nabil qui préfère passer son temps avec des clients et consommer alcool et cocaïne, elle jette ses vêtements sur des bougies disposées dans le local qui sert de salle de petit déjeuner le matin et de salle de repos la nuit. Puis elle quitte les lieux en oubliant de fermer la porte.

    La suite est dramatique. Les vêtements s’enflamment et le feu se propage dans la cage d’escalier, prenant au piège les clients, 77 personnes au total pour une capacité autorisée de seulement 62. Nabil Dekali tente bien d’éteindre l’incendie mais il ne sait pas se servir de l’extincteur. Il va finir dans le coma après avoir tenté de secourir une cliente. C’est finalement un voisin qui signale le sinistre aux pompiers, lesquels arrivent bien trop tard pour sauver les malheureux, dont certains doivent se jeter par les fenêtres pour échapper aux flammes.

    L’hôtel était aux normes

    Le bilan est terrible : 24 morts donc, dont 9 femmes et 11 enfants, ajoutés à 50 blessés, pour la plupart des familles étrangères en difficulté placées là par le Samu social dans l’attente d’un logement. Le drame suscite à l’époque un vif émoi. L’enquête révélera cependant que l’hôtel était aux normes, précisant même qu'il avait fait l’objet d’une visite de contrôle un mois avant la catastrophe.

    Les gérants, Rachid et Fatima Dekali, sont cependant poursuivis pour homicides involontaires en raison de trois manquements aux obligations de sécurité (suroccupation, mauvaise isolation, défaut de formation aux règles de secours). Nabil Dekali et son ex-petite amie Fatima Tahrour sont également sur le banc des accusés. Les peines encourues vont de trois à cinq ans de prison. Le procès doit durer jusqu'au 22 novembre.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.