GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Mars
Samedi 23 Mars
Dimanche 24 Mars
Lundi 25 Mars
Aujourd'hui
Mercredi 27 Mars
Jeudi 28 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    «À la recherche du temps perdu», le centenaire de l’œuvre de Proust célébré au monde entier

    media L'écrivain Marcel Proust en 1900. Wikimedia Commons

    Le 14 novembre 1913, Marcel Proust publiait son premier livre Du côté de chez Swann, le début de son grand roman en sept volumes intitulé À la recherche du temps perdu. Un centenaire qui est célébré à travers de nombreuses parutions en France et à l'étranger.

    Marcel Proust est l'un des écrivains français les plus lus dans le monde. Il est traduit en Europe et sur tous les continents : du Japon au Mexique en passant par la Turquie, au Moyen-Orient avec plusieurs versions arabes. Son œuvre est étudiée, commentée avec un appétit jamais démenti, comme le constate le romancier Eugène Nicole, qui l'enseigne aux États-Unis : « Je pense qu’on a besoin de Proust. Le monde d’aujourd’hui a besoin d’une œuvre comme celle de Proust qui est d’une ampleur, d’une générosité, d’une stratification extraordinaire. À la recherche du temps perdu est un monde fabuleux. »

    Personne ne voulait publier ce livre

    À l’époque, personne ne voulait publier le livre. Les grands éditeurs français l'ont tous refusé, c'est d'ailleurs une leçon d'espoir pour tous les jeunes auteurs qui voient leur manuscrit rejeté. Donc Marcel Proust a publié son livre à compte d'auteur. Il a payé de sa poche la fabrication des ouvrages. Et puis - le succès venant avec le bouche à oreille- le deuxième roman a été écrit sous le titre À l'ombre des jeunes filles en fleurs. Il a paru juste au sortir de la Grande Guerre, le 30 novembre 1918. Coup de chance, il obtient le prix Goncourt en 1919. La légende est en marche.

    Jusqu’à aujourd’hui, la « Proust-mania » reste d’actualité avec des dizaines de rééditions ou de nouveautés pour célébrer la mémoire de celui qui a fait de la mémoire le cœur de son travail. À travers la vie mondaine de l'époque, les histoires d'amour ratées de ses personnages, Proust essaie de retrouver les sensations simples de son enfance : le gout d'une madeleine, la senteur d'une fleur, un baiser sur une joue. Des émotions universelles comme l'explique Raphaël Enthoven, un proustien convaincu qui vient de signer avec son père Jean-Paul un Dictionnaire amoureux de Proust, récompensé d'ailleurs par le prix Femina essai 2013 : « C’est un homme dont la lecture vous rend meilleur. C’est un homme dont la lecture augmente votre vie. Il multiplie par mille le nombre de sensations dont vous êtes capables. C’est un homme dont la lecture est une aventure extraordinaire à toute époque, à toute période, et dans mille ans de nouveaux lecteurs de Proust continueront d’être émerveillé par ce style qui n’a que de caduc ou de désuet que son décor, mais qui pour le reste ne nous parle que du cœur humain lequel ne change pas. »

    «Le manteau de Proust»

    En Italie, Lorenza Foschini vient de publier un petit livre très émouvant sur l'écrivain. Intitulé Le manteau de Proust, cet ouvrage est un petit bijou où la journaliste raconte comme Jacques Guérin, l'un des plus grands bibliophiles français, a sauvé in extremis de la poubelle des effets personnels de Proust comme les meubles de sa chambre, quelques écrits et surtout le manteau que Proust portait jour et nuit. Car à la fin de sa vie, il restait dans son lit avec son pardessus pour écrire sans arrêt alors que la maladie l'affaiblissait de plus en plus. Parler de Proust à travers ce manteau tout râpé et usé est-ce que ce n'est pas du fétichisme? « Je ne suis pas sûre d’être vraiment une fétichiste, répond Lorenza Foschini. « Ce qui m’a émue, c’est la solitude d’un grand écrivain, la solitude d’un homme dans une famille très bourgeoise, très cultivée, mais avec le problème que Marcel Proust était homosexuel. Dans sa famille, on ne pouvait pas parler de cela. Toute sa vie, Marcel Proust se sentait comme un homme qui avait failli et qui avait déçu sa mère et son père tandis que son frère s’est marié, il avait un enfant etc. »

    Marcel Proust, un homme seul qui meurt le 18 novembre 1922 à 51 ans. Il n'imaginait sans doute pas la postérité de son œuvre, ni que la première phrase de Du côté de chez Swann allait rester 100 ans après : « Longtemps je me suis couché de bonne heure ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.