GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    La Culture contre le racisme

    media Christiane Taubira, ministre de la Justice, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, la première dame Valérie Trierweiler, Yamina Benguigui, ministre déléguée à la Francophonie, Harlem Désir, Premier secrétaire du PS (dr. à g.). JOEL SAGET / AFP

    La mobilisation du monde de la culture contre le racisme, c’était ce lundi 2 décembre au soir au Théâtre du Rond-Point à Paris. Une soirée organisée à l'initiative de la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti en soutien à sa collègue du gouvernement Christiane Taubira, cible ces dernières semaines de violentes attaques.

    La ministre de la Justice a connu une arrivée mouvementée au Théâtre du Rond-Point, près des Champs-Élysées. Ils sont une poignée de militants d'extrême-droite à conspuer la ministre de la Justice à son arrivée au théâtre. Comme à son habitude, Christiane Taubira reste impassible, elle qui, ces derniers mois, a pourtant été victime de violentes attaques racistes. « Ma personne compte peu là. Mon inquiétude profonde, c’est pour ces millions de personnes dans ce pays, des jeunes, des enfants, des adolescents, des moins jeunes aussi, qui sont dorénavant à nouveau exposés à ces violences. »

    Après les sifflets, c'est un tonnerre d'applaudissements qui accueille Christiane Taubira sur la scène du Théâtre du Rond-Point. Dans la salle il y a Harlem Désir, le Premier secrétaire du Parti socialiste, la première dame Valérie Trierweiler, mais aussi des acteurs, des musiciens, des artistes venus dire non au racisme comme Guy Bedos, l'humoriste réputé pour son franc-parler : « Moi, je lutte contre le racisme depuis des années, avec le succès qu’on sait. Il y a encore du boulot ! Il faudrait un traitement médical contre la connerie, parce que le racisme, c’est de la connerie. »

    Selon Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture, les parlementaires de droite avaient également été conviés à cette soirée, mais, sans surprise, aucun n'a fait le déplacement, la droite qui dénonce une récupération politicienne de la part du Parti socialiste.

    Il faut être très vigilant.

    Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication 03/12/2013 - par Grégoire Sauvage Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.