GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: avec un million de bénéficiaires, les Restos du cœur battent un triste record d’affluence

    media Une antenne des Restos du coeur à Nice, en novembre 2013. REUTERS/Eric Gaillard

    C’est un bien triste record. Et tout un symbole. Un mois à peine après l’ouverture de la 29e campagne hivernale, et pour la première fois dans l’histoire de l’association, le cap du million d’inscrits a été franchi. Dans ses 2 070 centres d’accueil, animés par 66 000 bénévoles et plusieurs dizaines de permanents, les Restos du cœur proposent aux plus démunis le réconfort de l’aide alimentaire. Celle-ci peut prendre la forme de paniers repas à emporter ou bien de repas chauds à manger sur place. Reportage dans un de ces centres.

    Chaque midi, la salle de ce Resto du cœur du XIIIe arrondissement de Paris, se remplit de monde. Denise et son équipe de bénévoles servent à manger à près de 400 personnes : « Nous recevons des gens en difficulté qui ont de tous petits revenus à qui nous donnons un repas qui comprend une soupe, un plat viande et légumes et un dessert. »

    Pour la majorité des bénéficiaires, ce sera leur seul repas de la journée. Paula est retraitée : « Je n’ai pas obtenu tout ce à quoi j’avais droit. Pour l’instant, ça m’aide. Il ne faut pas être trop difficile et il faut accepter ce qu’ils nous donnent. »

    « Seule façon de survivre »

    Les Restos du cœur aident aussi un grand nombre de chômeurs et de migrants. « Je n’ai pas de travail, je n’ai pas de logement, témoigne Amin, un Algérien. Ces restaurants du cœur donnent à manger et ça, c’est bien. C’est la seule façon de survivre. »

    Jacques non plus ne pourrait pas se passer de Restos du cœur. Bien que reconnaissant, il sent la révolte monter en lui : « On sombre de jour en jour. Maintenant on pousse les pauvres dans la pauvreté et d’autres spéculent. Ça finira mal tout ça. »

    L’année dernière, le Resto du cœur fréquenté par Paula, Amin et Jacques distribuait 600 repas par jour. Cette année, pour des raisons financières, il craint d’être obligé de diminuer son offre, et ce malgré une forte demande.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.