GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: les expulsions de Roms ont doublé en 2013

    media Des CRS français évacuent des familles roms d'un campement illégal à Saint-Priest, près de Lyon, le 28 août 2012. REUTERS/Robert Pratta

    En 2013, près de 20 000 personnes ont été expulsées de leurs campements roms par le gouvernement soit deux fois plus que l'année précédente. C'est ce qu'il ressort d'un rapport publié ce mardi par la Ligue des droits de l'homme et l'European Roma Rights Center. Selon ses auteurs, c'est un chiffre qui illustre bien « la politique de rejet menée par le gouvernement ».

    « C'est un record ». Au total, ce sont 165 campements qui ont été évacués, sur les 400 existant en France. 20 000 personnes ont donc été expulsées, alors que l'on estime qu'il y a 17 000 Roms en France. Le nombre d'expulsions est supérieur au nombre total car certaines personnes ont été déplacées à plusieurs reprises.

    Le phénomène illustre bien les incohérences de la politique que mène le gouvernement envers les Roms. A l'été 2012, une réunion interministérielle a eu lieu sur le sujet. Elle a débouché sur la mise en place d'une circulaire qui oblige les autorités à « accompagner les démantèlements », notamment en proposant des solutions de relogement.

    Peu de propositions de relogement

    Mais la réalité est bien différente. Sur ces 165 expulsions, moins de la moitié ont été suivies de propositions de relogement et il s'agit le plus souvent d'hébergements d'urgence, temporaires, deux à trois jours en hôtel. Ce qui fait que les familles concernées retournent très souvent vivre dans un autre camp.

    A (re)lire: En 2013, les Roms, un dossier compliqué pour le gouvernement Hollande

    Manuel Valls devrait pourtant rester sur cette ligne de démantèlement quasi systématique. Le ministre de l'Intérieur a en effet toujours estimé que les Roms avaient vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie. Il avait récemment mis en doute leur volonté de s'intégrer, ce qui avait provoqué une polémique au sein du gouvernement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.