Cécile Mégie, directrice de RFI : «À la radio, la caméra n’est pas voyeuse» - France - RFI

 

  1. 09:00 TU Journal
  2. 09:10 TU Priorité santé
  3. 09:30 TU Journal
  4. 09:33 TU Priorité santé
  5. 10:00 TU Journal
  6. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  7. 10:30 TU Journal
  8. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  9. 11:00 TU Journal
  10. 11:15 TU Sessions d'information
  11. 11:30 TU Journal
  12. 11:33 TU Sessions d'information
  13. 12:00 TU Journal
  14. 12:10 TU Grand reportage
  15. 12:30 TU Journal
  16. 12:33 TU Sessions d'information
  17. 12:40 TU Accents d'Europe
  18. 13:00 TU Journal
  19. 13:10 TU Sessions d'information
  20. 13:30 TU Journal
  21. 13:33 TU Danse des mots
  22. 14:00 TU Journal
  23. 14:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  24. 14:30 TU Journal
  25. 14:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  1. 09:00 TU Journal
  2. 09:10 TU Priorité santé
  3. 09:30 TU Journal
  4. 09:33 TU Priorité santé
  5. 10:00 TU Journal
  6. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  7. 10:30 TU Journal
  8. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  9. 11:00 TU Journal
  10. 11:15 TU Sessions d'information
  11. 11:30 TU Journal
  12. 11:33 TU Sessions d'information
  13. 12:00 TU Journal
  14. 12:10 TU Grand reportage
  15. 12:30 TU Sessions d'information
  16. 13:00 TU Journal
  17. 13:10 TU Sessions d'information
  18. 13:30 TU Journal
  19. 13:33 TU Danse des mots
  20. 14:00 TU Journal
  21. 14:10 TU Autour de la question
  22. 14:30 TU Journal
  23. 14:33 TU Autour de la question
  24. 15:00 TU Journal
  25. 15:10 TU Radio foot internationale

Dernières infos

fermer

France

France Internet médias Nouvelles technologies RFI

Cécile Mégie, directrice de RFI : «À la radio, la caméra n’est pas voyeuse»

media RFI

Directrice depuis octobre 2012 de Radio France Internationale où elle est arrivée en 1995, Cécile Mégie se réjouit des récentes évolutions technologiques qui ont permis à la radio d’être encore plus accessible. Elle rappelle au passage qu’un média n’en remplace jamais un autre et que l’arrivée des caméras en studio constitue un atout de plus, à condition de savoir doser.

On n'a jamais autant écouté la radio mais on l’écoute de moins en moins sur les postes traditionnels, c’est également le cas pour RFI ?
Oui et il faut que l’on soit très vigilants et très à l’écoute de ce phénomène. On appelle ça la mobilité. On assiste au développement de nouveaux supports. Pour écouter la radio, pour transformer son téléphone intelligent en transistor, pour regarder et écouter la radio à travers les applications ou à travers les sites internet. Pour autant, un média n’en remplace pas un autre. La durée d’écoute de la radio - quel que soit le support pour l’écouter - a continué à augmenter ces dernières années. C’est donc un signe excellent pour la radio. Les nouvelles technologies sont des outils et la radio - dans ce qu’elle a de proximité et de vecteur pour raconter le monde et pour l’entendre - demeure incontournable.

Est-ce que les habitudes d’écoute sont très différentes d’un pays à un autre ?
Il y a des traits communs aux habitudes d’écoute. La radio est un média qu’on écoute d’abord le matin, quel que soit le support. On appelle ça « le temps fort des matinales » en radio. Mais c’est un média qui peut accompagner un auditeur tout au long de la journée parce que c’est un média mobile et encore plus grâce aux nouvelles technologies. Nous avons des auditeurs qui sont accompagnés par RFI quelle que soit la langue, tout au long de la journée. On a même des témoignages en Haïti, par exemple, d’auditeurs qui nous écoutent la nuit en laissant le poste allumé.

L’arrivée de la 4G va-telle servir d’accélérateur ?
C’est trop tôt pour le dire mais d’une façon générale toute avancée technologique servant la mobilité et le confort d’écoute est bénéfique. Plus elles vont se développer, plus elles serviront la radio, avec un panel de plus en plus important d’écoute de la radio en direct, en streaming mais aussi en écoute à la carte. L’auditeur est donc à la fois un auditeur classique qui écoute le flux de la radio qu’on lui propose lorsqu’on constitue une grille. Et puis c’est un auditeur qui fait un choix. C’est un auditeur responsable, qui choisit sur nos rayonnages ce qui l’intéresse le plus. Les nouvelles technologies en apportant plus de confort d’écoute, plus de capacité d’écoute où que l’on soit, dans une ville voire même à la campagne, ne peuvent qu’être un atout dans la diffusion de la radio.

La radio filmée, qu’est ce que cela a changé du point de vue de l’auditeur ?
La radio filmée permet à l’auditeur d’être encore plus proche de ceux qui font la radio. Elle apporte un « plus » à l’auditeur et à la diffusion de nos émissions parce que la vidéo est un vecteur supplémentaire de propagation de nos émissions. En gros, faire le choix d’avoir des émissions disponibles en vidéo ou des extraits d’émissions disponibles en vidéo mais aussi des invités qui sont interviewés et dont on fait une vidéo, cela permet de les montrer encore plus et de les entendre encore plus. Cela donne une plus grande accessibilité à nos offres radio parce qu’on sait que la vidéo est un élément qui apporte de la consultation supplémentaire à nos programmes.

La présence d’une vidéo sur le site de RFI peut être un attrait pour l’auditeur et permet par la viralité qu’elle peut avoir d’être diffusée encore plus et de façon encore plus large. Cela dit, avec l’entrée des caméras vidéo - qui ne sont pas des caméras de télévision - dans les studios de radio, il y a, de notre point de vue, un dosage très précis à faire. Parce que la radio a cette proximité, une facilité d’entrer dans l’intimité des gens, car c’est un média qui fait aussi marcher l’imaginaire. Et quand on entend des voix qu’on connaît, l’imaginaire fonctionne. Cela crée un lien différent que celui d’une image qui est imposée en quelque sorte et qui laisse moins parler l’imaginaire. C’est le naturel et la vérité de la radio qui apparaît à l’antenne et ce n’est pas une mise en scène comme on le ferait à la télévision ou au cinéma. À la radio, nous avons cette intimité dans cet espace clos et confiné qu’est le studio et on ne veut pas casser cette intimité-là, ni cette proximité-là. À la radio, la caméra n’est pas voyeuse, elle permet juste de faire porter le message un petit peu plus loin.

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.