GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: Jean-Pierre Bel va quitter la présidence du Sénat

    media Jean-Pierre Bel quittera son poste en septembre 2014. AFP PHOTO / JACQUES DEMARTHON

    Jean-Pierre Bel, le président du Sénat, a annoncé, à trois semaines des municipales, qu'il abandonnerait son poste en septembre 2014, après le prochain renouvellement de la Haute assemblée. A 62 ans, il cède sa place pour raisons personnelles.

    Protocolairement, c'est le troisième personnage de l'Etat. C'est pourtant lui qui assumerait l'intérim si François Hollande était empêché d’exercer le pouvoir. Mais la fonction ne lui est visiblement pas montée à la tête. Jean-Pierre Bel, le président du Sénat, a décidé d'arrêter au nom, dit-il, « d'un choix personnel très ancien ».

    « Plusieurs possibilités »

    En septembre prochain, après le renouvellement de la moitié de la Haute assemblée, il se consacrera à d'autres activités mais reste mystérieux sur son avenir : « J'ai plusieurs possibilités, je n'ai pas tranché ».

    Elu sénateur en 1998, cet ancien trotskiste, devenu socialiste en 1983, a gravi les échelons au PS grâce à Lionel Jospin. Mais il n'a jamais occupé le devant de la scène et c'est donc un inconnu du grand public qui a été élu président du Sénat, en octobre 2011, au moment où cette chambre a basculé à gauche.

    Objectif : garder le Sénat à gauche

    Depuis, Jean-Pierre Bel est resté très discret dans une Assemblée devenue, elle, de plus en plus turbulente. C'est au Sénat que le gouvernement de François Hollande est le plus malmené depuis 2012. La majorité de gauche y est trop fragile pour être fiable. Du coup, le budget ou la réforme des retraites y ont été rejetés.

    En septembre, l'enjeu sera malgré tout de garder cette petite majorité de gauche au Sénat. Jean-Pierre Bel a promis d'être très actif dans la campagne, avant de s'en aller.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.