GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: la loi interdisant les signes religieux ostentatoires a 10 ans

    media Stand présentant des voiles au 29e rassemblement de l'UOIF au Bourget, près de Paris, le 7 avril 2012. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Kippas, voile, foulards, grandes croix... depuis quinze ans, les signes religieux ostensibles sont interdit à l'école publique. Mais avant d'aboutir à la loi dite « Stasi », le 15 mars 2004, les débats auront été longs, vifs et enflammés. Depuis, même si le texte est entré dans les moeurs, les polémiques sur la liberté de culte et la laicité à la française ne cessent de ressurgir périodiquement.

    Tout à commencé en 1989 dans un collège de Creil dans le département de l'Oise ; ce jour-là, trois adolescentes sont exclues pour port du voile. Du coup, l'opinion se déchire entre défenseurs du droit à être scolarisé et partisans de l'exclusion de ces élèves. A l'époque, le Conseil d'Etat tranche : les signes religieux ne sont pas incompatibles avec la laïcité.

    Cet avis calme le jeu. Cinq ans plus tard, une circulaire du ministre de l'Education de l'époque, François Bayrou, interdit les signes religieux et ravive en même temps les braises. Neuf ans plus tard en 2003, le président Jacques Chirac confie la question au médiateur de la République, Bernard Stasi. Il se prononce en faveur d'une loi.

    En 2004, la loi dite « Stasi », interdisant les signes religieux ostentatoires à l'école est adoptée. Elle sera plutôt bien acceptée. Pourtant, encore aujourd'hui le sujet reste sensible. On a tous en mémoire la « bourde » de Matignon, qui, en publiant en décembre 2013 un rapport sur l'intégration préconisant le retour du voile à l'école, a failli réveiller la polémique.

    Dans nos archives : Jacques Chirac : « Le communautarisme ne saurait être le choix de la France » (17 décembre 2003)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.