GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: renouvellement de l’interdiction du maïs OGM MON810

    media Champs de la société Monsanto Monsanto

    La France ne veut toujours pas du maïs MON 810 de la firme Monsanto ! C'est une décision sans surprise. Samedi, le gouvernement a renouvelé l'interdiction de cultiver ou de commercialiser cette variété de plante transgénique sur le territoire français. La jurisprudence européenne oblige Paris à se prononcer sur l'interdiction tous les 4 ans !

    Le ministère français de l'Agriculture avait promis une décision sur le MON 810 avant les prochains semis, d’avril à juin, c’est donc chose faite. Mais en coulisse, à force de batailles juridiques entre une Commission européenne favorable à la culture et au commerce de maïs transgénique, et des Etats comme la France, l’Autriche ou la Pologne qui y sont opposés, du côté des industriels de la firme Monsanto comme chez les agriculteurs français, plus personne ne croit ni à l’arrivée ni à une interdiction définitive du maïs transgénique dans les champs français.

    Test détectant les protéines contenues dans les diverses variétés du MON 810, un maïs génétiquement modifié par la firme Monsanto. AFP

    « Il faudra donner des raisons »

    Ce ni-ni s’est encore illustré en août 2013, avec un Conseil d’Etat qui a annulé l’interdiction du gouvernement pour absence d’arguments scientifiques. Jean-Yves Le Déaut, député de Meurthe-et-Moselle est le vice-président de la Commission des choix scientifiques et techniques à l’Assemblée nationale : « Ce qui veut donc dire qu’à un moment donné il faudra donner des raisons pour indiquer – et c’est raisonnable – qu’on ne veut pas cultiver de plantes transgéniques, qu’on veut mettre en place des méthodes qui soient des méthodes biologiques, de nouveaux modèles d’agriculture, qu’on veut protéger la propriété intellectuelle. Ça c’est des vraies raisons. »

    Proposition de loi à venir

    « Mais sur les raisons de dire que c’est dangereux, poursuit-il, que ça va causer des dangers à la santé et à l’environnement, on n’a pas le début du commencement d’une moindre preuve. Des fausses raisons qui vont affoler nos concitoyens parce qu’on leur dit que c’est dangereux. »

    En France, la prochaine étape, c’est le 10 avril, avec l’examen d’une proposition de loi d’interdiction de toutes les variétés de maïs transgénique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.