GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 9 Octobre
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Décès de l'ancien secrétaire général de Force ouvrière, Marc Blondel

    media L'ex-secrétaire général de Force ouvrière, Marc Blondel, est décédé ce dimanche 16 mars 2014. REUTERS/Charles Platiau

    Marc Blondel, l'ancien secrétaire général de Force ouvrière, est décédé dimanche 16 mars à l'âge de 75 ans. Il avait dirigé pendant quinze ans la troisième formation syndicale de France. Avec lui, c'est une forte personnalité de la revendication syndicale qui disparaît.

    Ceux qui l'ont connu se souviennent de ses sempiternelles bretelles et de son verbe haut. Sous sa houlette, Force ouvrière a pris un ton très en pointe des luttes revendicatives. D'autant plus que la période pendant laquelle il a dirigé FO, de 1989 à 2004, a coïncidé avec deux grandes batailles syndicales : la lutte contre le plan Juppé de réforme de la Sécurité sociale en 1995, et celle contre la loi Fillon de réforme des retraites en 2003. Des thèmes brûlants, notamment dans la fonction publique, où Force ouvrière est la première organisation représentative. Il avait succédé à André Bergeron, figure historique de l'organisation pendant vingt-six ans, selon lequel il y avait toujours « du grain à moudre », c'est-à-dire quelque chose à négocier. Mais il n'était pas le dauphin désigné, puisqu'il avait été élu en 1989 en battant Claude Pitous à l'issue d'un congrès houleux.

    Un forcené de l'indépendance syndicale

    L'actuel secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, a souligné que Marc Blondel était un tribun hors pair, très attaché à l'indépendance syndicale, une attitude qui l'a souvent opposé à la CGT lorsque ce syndicat était encore très proche du Parti communiste. Mais Marc Blondel savait aussi passer des compromis comme l'a illustré cette poignée de main symbolique avec Louis Viannet, le patron de la CGT, en 1995, au plus fort des manifestations contre le plan Juppé. Marc Blondel n'était pas issu du milieu ouvrier. Fils de militaire et petit-fils de mineur du nord de la France, il avait entrepris des études de droit mais il était passé assez rapidement au militantisme étudiant, avant d'exercer des petits boulots, tout en militant pour l'indépendance de l'Algérie. Il adhère à Force ouvrière en 1958, prend des responsabilités syndicales dès 1960, avant de devenir rapidement permanent de l'Union syndicale des employés de la région parisienne. Il grimpe dans la hiérarchie, il devient en 1974 secrétaire général de la Fédération des employés et cadres et, en 1980, entre au bureau confédéral de Force ouvrière. Neuf ans plus tard, il prend la tête de l'organisation.

    Des engagements toujours militants

    Mais Marc Blondel n'avait pas des opinions affirmées qu'en matière syndicale. Effectivement, il était franc-maçon depuis 1960 et ne s'en cachait pas. Son engagement laïc intransigeant l'avait mené depuis 2007 à la présidence de la Fédération nationale de la libre-pensée où il s'était opposé au financement public de l'école privée. Mais il était aussi fumeur de havane - militant, pourrait-on dire - et aficionado de corridas, habitué de la Feria de Nîmes. En 2011, il avait été rattrapé par la justice pour avoir, dans les années 1990, bénéficié d'un garde du corps considéré comme un emploi fictif de la Ville de Paris, mais il avait été dispensé de peine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.