GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: la lettre ouverte à Manuel Valls de députés socialistes

    media François Hollande et Manuel Valls, sur l'eplanade des Invalides, le 15 avril 2014. REUTERS/Philippe Wojazer

    Onze députés socialistes signent une lettre ouverte à Manuel Valls, pour qu'il amende son plan d'économies de 50 milliards, soumis au vote du Parlement le 31 avril. Moins d'économies, moins de baisse des charges pour les entreprises, et plus de mesures pour le pouvoir d'achat des ménages. Les onze disent représenter une centaine de députés. Depuis la débâcle des municipales, le malaise va grandissant entre la majorité et l'exécutif.

    Manuel Valls avait bien obtenu la confiance du Parlement, mais c'était avant qu'il annonce les mauvaises nouvelles. Et voilà la défiance qui menace désormais le Premier ministre, et, derrière lui, le président.

    → A (re)lire: Manuel Valls veut resserrer les rangs autour de lui

    Fini le temps des godillots. Les députés socialistes refusent, en nombre désormais, d'endosser le rôle de simple « notaire ». La contestation va désormais bien au-delà de l'aile gauche du Parti socialiste. Et même la menace d'une dissolution de l'Assemblée ne parait pas effrayer les récalcitrants : « On s'en fout, disent-ils, on préfère perdre avec honneur. » Un sentiment qui en dit long sur le malaise qui s'est installé entre une majorité en miettes depuis les municipales, et un exécutif qui joue son va-tout.

    François Hollande n'est pas épargné par la fronde, bien au contraire. « Le président est marabouté par quelques conseillers », voilà ce qu'on entend, « pourquoi les idées minoritaires chez nous sont-elle au pouvoir ? »

    Le vote du 30 avril s'annonce donc tendu, et même s'il ne sera que consultatif (le gouvernement n'engagera pas sa responsabilité), un ancien ministre, particulièrement déprimé, l'assure : « Si le plan n'est pas voté, c'est le gouvernement qui saute. »

    Nous avons écrit dans la lettre que le temps du Parlement est venu, nous entendons jouer notre rôle.
    Pierre-Alain Muet Député PS du Rhône 18/04/2014 - par Florent Guignard Écouter

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.