GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Francophonie: qui pour succéder à Abdou Diouf à la tête de l’OIF?

    media L'actuel secrétaire général de l'OIF, Abdou Diouf (g.) ne se représentera pas. Ici avec François Hollande lors de la journée internationale de la francophonie, le 20 mars dernier. REUTERS/Jacky Naegelen

    Cette semaine à Kinshasa, Abdou Diouf, 79 ans, confirmait qu'il ne briguerait pas de quatrième mandat à la tête de l'Organisation internationale de la francophonie. A six mois du sommet de Dakar, les candidats se déclarent, tout comme les soutiens des Etats. Mais si une douzaine de noms sont cités actuellement, aucun ne s'impose de lui-même.

    La plus active, ces derniers mois, semble être l'ancienne gouverneur générale du Canada, Michaëlle Jean. Sa candidature est officielle, mais elle n'est pas soutenue par son pays. Ni d'ailleurs par le Quebec, membre de l'organisation également. Michaëlle Jean devra donc chercher des soutiens dans d'autres capitales, en Afrique par exemple ou peut-être à Paris où elle a reçu la Légion d'honneur il y a un mois.

    Elle y croisera sûrement un autre candidat : l'écrivain Henri Lopes, ambassadeur du Congo-Brazzaville, ancien Premier ministre et appuyé, lui, par son pays.

     → A (RE)LIRE : Abdou Diouf: «Pas question de jouer les prolongations» à la tête de l'OIF

    Il faudra compter aussi sur un autre candidat, plus jeune, Jean Claude de l'Estrac, 66 ans. Porté par l'Ile Maurice, il est actuellement secrétaire général de la Commission de l'océan Indien. Si sa candidature est aussi soutenue par Madagascar, tout juste réintégré au sein de l'OIF, il a peu de chance de se voir adouber par les chefs d'Etats du continent.

    Compaoré sur les rangs ?

    L'ancien président burundais Pierre Buyoya, soutenu par Bujumbura, s'y verrait bien lui aussi. Quant à Blaise Compaoré, il n'a pas fait acte de candidature, mais certains verraient dans l'OIF un belle porte de sortie pour le président burkinabè afin d'éviter qu'il ne s'accroche au pouvoir.

    Un problème de succession serait alors en jeu. Le mandat de Compaoré s'achève en 2015. Il faudrait donc demander à Abdou Diouf de rester un an de plus. Mais surtout, l'OIF passerait pour une maison de retraite pour chefs d'Etat à recycler.

    Au total une douzaine de noms circulent. Des candidats réels ou supposés. Certains démentent comme Bertrand Delanoë ou Jean Ping. Mais une chose est sûre, aucun ne fait l'unanimité.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.