GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Génocide au Rwanda: un deuxième procès en France

    media La presse arrive au procès de Pascal Simbikangwa (mars 2014). Reuters/Jacky Naegelen

    La justice française ordonne la tenue d'un deuxième procès de génocidaires rwandais présumés en France. Les juges d'instruction ont confirmé les réquisitions du parquet et renvoyé Octavien Ngenzi et Tito Barahira devant une cour d'assises. Ils sont accusés d'avoir pris participé activement au massacre de centaines de tutsis dans une église de la commune de Kabarondo, dans l'est du Rwanda, le 13 avril 1994.

    Ce sera donc le deuxième procès lié au génocide rwandais en France. En mars dernier, Pascal Simbikangwa a été condamné à 25 ans de réclusion. Mais ce deuxième procès ne ressemblera pas au premier.

    Pascal Simbikangwa était accusé d'avoir planifié le génocide, d'être de ceux qui ont mis en place cette machine de mort. Proche de l'ancien président Habyarymana, cadre du régime en place en 1994, la justice lui reprochait d'avoir donné des instructions aux génocidaires et d'avoir livré des armes aux barrières. Mais il n'était pas accusé d'avoir tué lui-même. Ce fut donc un procès sans victime identifiée.

    Des victimes appelées à témoigner

    Cette fois-ci, il y aura à la barre des personnes qui accuseront les deux hommes d'avoir tué leurs proches. Car Octavien Ngenzi et Tito Barahira sont accusés d'avoir supervisé mais aussi pris part activement au massacre de centaines de Tutsis à Kabarondo le 13 avril 1994. Ces Tutsis avaient trouvé refuge dans l'église de cette commune dont les deux hommes étaient ou avaient été maires.

    Neuf victimes ou proches de victimes sont parties civiles dans ce procès et seront donc amenés à témoigner. Les associations espèrent que d'autres témoins seront appelés à la barre, que la cour d'assises les fera venir du Rwanda, comme ce fut le cas dans le procès Simbikangwa.

    Plus d'une vingtaine d'enquêtes sont en cours au pôle « crimes contre l'humanité » du tribunal de grande instance de Paris sur des Rwandais soupçonnés d'avoir participé aux massacres.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.