GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Juin
Mardi 20 Juin
Mercredi 21 Juin
Jeudi 22 Juin
Aujourd'hui
Samedi 24 Juin
Dimanche 25 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: près de 500 civils tués par les raids de la coalition depuis un mois (OSDH)
    • Au Yémen, l'ONU s'attend à 300 000 cas de choléra à la fin août
    • Deux navires de guerre et un sous-marin russes ont tiré des missiles sur des cibles jihadistes en Syrie (ministère russe de la Défense)
    • Corée du Nord: Pyongyang dément avoir torturé l'étudiant américain décédé Otto Warmbier (agence KCNA)
    • France: le gouvernement va interdire tout nouveau permis d'exploration d'hydrocarbures (Nicolas Hulot sur RMC/BFMTV)
    • «La France va rester ferme» sur le texte de définition des perturbateurs endocriniens discuté à Bruxelles (Nicolas Hulot sur RMC/BFMTV)
    • Pakistan: explosion devant un QG de la police à Quetta, au moins onze morts et de nombreux blessés (responsables locaux)
    France

    France: Manuel Valls recadre les frondeurs du PS

    media Le Premier ministre Manuel Valls (ici à l'Assemblée nationale) appelle au rassemblement des parlementaires socialistes. REUTERS/Charles Platiau

    En France, la majorité cherche toujours sa cohésion pour mener les réformes. Au Conseil national du Parti socialiste qui se tenait ce samedi 14 juin à Paris, le Premier ministre Manuel Valls a tenté de recadrer les frondeurs.

    Manuel Valls se targue de parler clair. Et devant le Conseil national du Parti socialiste, il a en effet été très explicite. « La gauche peut disparaître et la France peut se défaire tant il y a des successions de crise. Et face à ça, il faut tenir bon ! », a-t-il lancé. Comprendre : se serrer les coudes. « Il faut à la fois une discussion de qualité entre le gouvernement et les parlementaires. En même temps, il ne faut pas tomber dans la guérilla parlementaire », a poursuivi Manuel Valls.

    Ce message, le Premier ministre l’adresse à ces socialistes que l’on appelle « les frondeurs » et qui rejettent le pacte de responsabilité et le plan d’économie budgétaire. Un message que l’un d’entre eux, Laurent Baumel, n’a pas vraiment apprécié : « Je ne suis pas un enfant qui a besoin de se faire recadrer par ses parents. On prend nos responsabilités et ce n’est pas un discours, à un moment donné, du Premier ministre qui va nous faire changer d’avis. »

    « Ça avait un petit côté "circulez, il n’y a rien à voir". On vient de se prendre deux défaites majeures, mais la réponse politique, c’est "dorénavant, c’est comme avant" », reproche le député européen Emmanuel Maurel sur RFI, qui prévient : « Cela n’éteindra pas de toute façon le débat qu’il y a au sein du groupe parlementaire, et plus largement au sein du Parti socialiste, sur la ligne économique menée par le président depuis début janvier. » D’après lui, plutôt que d’essayer de les faire taire et de les ramener dans le rang, il faut au contraire écouter ces frondeurs qui peuvent être rassembleurs. « Les propositions qui sont faites aujourd’hui par ceux qu’on appelle "l'appel des cent" correspondent à une aspiration qui va bien au-delà du Parti socialiste. Nos partenaires écologistes, nos partenaires communistes, pourraient être d’accord avec elles. Donc on a une occasion de rassembler la gauche. Je pense qu’il faut la saisir », assure-t-il.

    Les frondeurs veulent amender la loi de finance rectificative, bientôt examinée à l’Assemblée. Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, estime que le débat est légitime et qu’il aura lieu. Et après ? « On vote. Et puis à partir du moment où on vote, il y a une majorité qui se dégage. Dans le Parti socialiste, il y a une minorité active, mais cette minorité active ne fait pas une majorité », rappelle Jean-Christophe Cambadélis. Une autre manière de dire que la ligne politique du gouvernement ne changera pas.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.