GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    L'UMP suspend Lavrilleux, les révélations se poursuivent

    media Le président du groupe UMP à l'Assemblée Christian Jacob (c.), lors d'une conférence de presse le 24 juin 2014. Le groupe est soupçonné d'avoir payé à Bygmalion plusieurs millions d'euros de prestations entre 2008 et 2013. AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

    Un premier tour le 29 novembre 2014, suivi d’un éventuel second tour une semaine plus tard : l’UMP a arrêté hier soir en bureau politique, les dates de l’élection de son prochain président. Les membres du bureau politique ont entamé une procédure d’exclusion contre Jérôme Lavrilleux, l’ancien directeur de cabinet de Jean-François Copé.

    Fallait-il oui ou non lancer une procédure d’exclusion à l’encontre de Jérôme Lavrilleux, qui avait reconnu l’existence d’un système de double facturation durant la dernière campagne présidentielle ? La question a suscité un débat hier soir à l’UMP. Sur la trentaine de membres présents, une vingtaine ont voté pour. Une dizaine d’élus se sont en revanche abstenus. Michèle Tabarot, l’ex-bras droit de Jean-François Copé, a été la seule à se prononcer contre.

    « Il a été l’autre jour en garde à vue, je ne sais pas ce que la justice va décider, estime la députée et ancienne secrétaire générale de l’UMP. Je pense qu’on peut se donner un tout petit peu de temps. Il y a un certain nombre de nos amis, de nos collègues qui dans le passé ont eu des condamnations, et nous n’avons pas été aussi rapides dans nos décisions. »

    Il faut aujourd'hui que l'UMP fasse une opération «mains propres».

    Eric Ciotti

    Député, membre du bureau politique del'UMP

    25/06/2014 - par Pierre Firtion Écouter

    « On découvre un système »

    Une commission va maintenant se réunir pour statuer sur « le cas Lavrilleux ». En attendant, ce dernier est suspendu du parti. D’autres subiront-ils le même sort à l’avenir ? L’hypothèse n’est pas à exclure. Au cœur du soupçon, les responsables du groupe UMP à l’Assemblée. Ils auraient payé plus de 5 millions d’euros de prestations à Bygmalion entre 2008 et 2013, selon le Canard enchaîné de ce mercredi 25 juin.

    « On découvre un système, explique le député filloniste Eric Ciotti. Les parlementaires, comme les militants ont été tenus à l’écart de ces informations. On connait aujourd’hui à peu près autour de qui tournait ce système. Je dirais que l’essentiel, maintenant c’est de reconstruire, c’est de tourner la page. »

    « Tourner la page » ? Pas sûr que l’UMP y parvienne rapidement. Les enquêtes judiciaires en cours pourraient en effet venir un peu plus ternir son image. En attendant, interrogé sur une éventuelle participation aux primaires de l'UMP pour 2017, l'ancien Premier ministre Alain Juppé a répondu par l'affirmative.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.