GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Le «contretemps» de Marine Le Pen

    media Marine Le Pen à Bruxelles, le 28 mai 2014. REUTERS/Francois Lenoir

    Le Front national n'aura pas donc de groupe au Parlement européen. Sa présidente, Marine Le Pen, est revenue hier sur cet échec en le minimisant, et en expliquant notamment qu'elle avait refusée de s'allier avec le mouvement polonais KNP. Marine Le Pen reste toutefois convaincue de pouvoir rassembler des députés de sept pays, condition sina qua non à la formation d'un groupe, d'ici la fin de l'année 2014.

    La présidente du parti d’extrême droite a tout fait hier pour relativiser l'échec de la formation d'un groupe parlementaire au Parlement européen, un terme d’ailleurs qu’elle récuse : « Non ce n’est pas un échec, c’est un contretemps ». Ne pas avoir de groupe, cela n’empêchera pas le FN et les autres partis avec lesquels il est lié de joueur leur rôle d’opposant : « Nous avons dans notre coordination, donc dans notre pré-groupe, 38 députés. C’est donc une coordination puissante en terme de vote. Et surtout nous avons la possibilité de déposer des amendements en plénière à partir du moment où ces amendements sont signés par 40 députés européens. Ce qui nous donne en réalité les mêmes capacités d’amendements qu’un groupe ».

    Marine Le Pen est de toute façon convaincue de pouvoir constituer un groupe parlementaire d’ici la fin de l’année. Pour parvenir à ses fins, sa stratégie consistera-t-elle à faire imploser le groupe eurosceptique mené par le populiste britannique Nigel Farage (Ukip). Marine Le Pen : « Non, je ne table sur la dislocation de personne. Moi, je ne travaille pas à détruire le groupe de monsieur Farage, mais en venant chercher une de mes députés pour constituer son groupe, il prend évidemment un risque ».

    Les propos de Jean-Marie Le Pen sur la « fournée » ont sans doute coûté cher au Front national dans ce dossier. Mais signe que Marine Le Pen veut désormais tourner la page de cette polémique, son père a assisté hier à sa conférence de presse sans pour autant prendre la parole.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.