GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: Manuel Valls fête ses 100 jours au pouvoir

    media Le Premier ministre Manuel Valls sortant d'une réunion à l'Elysée avec les membres de son gouvernement, le 26 mai 2014. REUTERS/Philippe Wojazer/Files

    En France, la conférence sociale qui devait relancer le dialogue entre patronat et syndicat doit reprendre ce mardi 8 juillet avec un discours de Manuel Valls. Le Premier ministre qui aura passé aujourd'hui cent jours à Matignon. Premier bilan d'une action placée sous le signe du changement et d'une autorité assumée.

    « Il faut cheffer, alors je cheffe ». En Camargue, où il participait dimanche à un banquet républicain, Manuel Valls a repris cette expression avec un sourire qui marquait bien sa satisfaction. Car Manuel Valls se targue d'avoir imprimé sa marque et son autorité depuis son arrivée à Matignon il y a cent jours. Quand il évoque sa nomination, le Premier ministre ne fait pas mine de ménager la susceptibilité de son prédécesseur et déclare : « Oui, le président de la République a voulu changer les choses ! » Il vante dans la foulée sa propre énergie et sa détermination.

    Une détermination à accélérer les réformes : à commencer par le pacte de responsabilité qui correspond bien à ses convictions et à son positionnement qu'il définit comme « central ».

    Toujours populaire dans l'opinion, Manuel Valls se heurte néanmoins à des oppositions dans son camp, celle des députés socialistes « frondeurs », qui pour certains envisagent de s'abstenir lors du vote de la deuxième partie du budget rectificatif, celle qui concerne la sécurité sociale. Un vote prévu le jour de ses cent jours à Matignon. Des difficultés sur lesquelles le Premier ministre ne s'attarde pas : que certains s'abstiennent, c'est leur responsabilité, dit-il. Lui voit déjà plus loin. Les cent jours, ce n'est qu'un début.

    A (RE)LIRE : Valls affirme son soutien à Hollande, tout en fustigeant Sarkozy

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.