GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Résultats encourageants pour un candidat vaccin contre la dengue

    media Indonésie. Traitement anti-moustiques contre la dengue qui sévit pendant … En Indonésie, traitement anti-moustiques contre la dengue qui sévit pendant la saison des pluies dans les camps insalubres. (Photo : S. Honorine/RFI)

    Testé dans cinq pays d’Asie, le candidat vaccin développé par Sanofi Pasteur contre la dengue, confirme les résultats encourageants des phases d’essai précédentes. Dans cette étape, dite de phase 3, on a enregistré une réduction de 56,5% des cas de dengue chez les enfants de 2 à 14 ans qui avaient reçu trois doses du candidat vaccin. Chaque année, le virus de la dengue tue 20 000 personnes, dont quantité d’enfants.

    Ce n’est pas encore la solution miracle, mais les résultats obtenus par le candidat vaccin de Sanofi Pasteur contre la dengue sont très prometteurs. L’essai que publie ce vendredi la revue médicale The Lancet, porte sur plus de 10 000 enfants résidant en Indonésie, en Malaisie, aux Philippines, au Vietnam et en Thaïlande. Entre 2011 et 2013, les enfants âgés de 2 à 14 ans ont reçu soit trois doses du candidat vaccin, soit un placebo

    Une protection variable
     

    Le virus de la dengue au microscope électronique. Wikimedia Commons

    Selon Sanofi Pasteur, on a constaté une réduction du nombre de cas de dengue de 56,5% chez les enfants vaccinés. De plus, les chercheurs ont observé une diminution de 67% des risques d’hospitalisation au cours de l’étude, ainsi qu’une réduction conséquente de 88,5% des cas de dengue hémorragique, la forme la plus grave de la maladie potentiellement mortelle.

    Chaque année, on enregistre dans le monde environ 100 millions de cas de dengue (c’est la deuxième maladie tropicale la plus répandue après le paludisme), relèvent les scientifiques. Cette maladie est à l’origine de plus d’un demi-million d’hospitalisations, dont l’essentiel sont des enfants. Un recul des deux tiers du passage coûteux par l’hôpital pour les enfants touchés constitue donc un progrès déjà important, estiment les spécialistes.

    L’avancée est réelle, mais il reste cependant encore des progrès à réaliser. Ainsi, la protection acquise par le vaccin dépend du type (sérotype) de virus concerné. Pour la dengue, on en dénombre quatre, et si le candidat vaccin se révèle efficace à plus de 75% contre les virus de type 3 et 4, de 50% contre le type 1, il n’est que de 35% contre celui de type 2. De même, pour les jeunes enfants, l’immunisation obtenue se révèle moins importante alors que ce sont eux qui développent surtout la maladie.

    100 millions de doses en 2017

    Malgré ces bémols, le candidat vaccin qui s’est révélé être sûr, apporte un vrai progrès en termes de santé publique. D’autant plus que jusqu’à présent il n’existe aucun vaccin contre la dengue qui, ces dernières décennies, a progressé de façon spectaculaire. Selon l’OMS, environ la moitié de la population mondiale est maintenant exposée au risque de la dengue avec en tête les pays d’Asie et d’Amérique latine.  

    Actuellement Sanofi mène un autre essai d’efficacité au Brésil, en Colombie, au Honduras, au Mexique et à Porto Rico portant cette fois sur plus de 20 000 volontaires. Mais au vu des résultats des essais asiatiques, Sanofi Pasteur avait déjà, en avril 2014, annoncé qu’elle comptait commercialiser son vaccin en 2015 pour lequel elle a investi plus de 1,3 milliard d’euros ces 20 dernières années. 

    D’ores et déjà la firme pharmaceutique a annoncé la création d’une filiale pour la production de son futur vaccin. Plus de 200 salariés seront affectés à cette nouvelle unité basée près de Lyon, à Neuville-sur-Saône. Selon des analystes, le nouveau vaccin pourrait générer un milliard d’euros de chiffres d’affaires annuel. La production lancée en 2015 pourrait, dès 2017, fournir 100 millions de doses.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.