GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
Aujourd'hui
Mardi 27 Août
Mercredi 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Le gouvernement est enfin là. Le président de la République, chef de l'État, a enfin signé l'ordonnance. Donc aujourd'hui, le gouvernement ayant été constitué, on se mettra bientôt au travail», a déclaré à la presse le Premier ministre Sylvestre Ilunga, lui-même nommé le 20 mai 2019.

    France

    La justice confirme l'interdiction de la manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris

    media Des manifestants soutiennent la cause palestinienne à Paris, dimanche 13 juillet 2014. REUTERS/Charles Platiau

    La manifestation de soutien à Gaza prévue à Paris ce samedi 18 juillet a été interdite par la préfecture de police. Le recours déposé par les organisateurs a été rejeté par le tribunal administratif de Paris. Après les heurts dans une synagogue dimanche 13 juillet, le ministre de l'Intérieur avait émis des réserves, craignant de nouveaux débordements.

    L'interdiction est confirmée. Le tribunal administratif de Paris a rejeté vendredi le recours déposé par les organisateurs de la manifestation pro-palestinienne, prévue samedi entre Barbès et la place de l'Opéra.

    Alors que les combats se poursuivent dans la bande Gaza, plusieurs organisations avaient appelés à une seconde manifestation de soutien aux Palestiniens, ce samedi 19 juillet à Paris. Mais la préfecture de police de Paris avait prononcé dès vendredi matinson interdiction. « Les conditions pour que le projet de manifestation prévu demain à Paris se déroule en toute sécurité ne sont aujourd'hui pas réunies », affirment les services de police de la capitale, qui pointe les « risques graves de trouble à l'ordre public qu'engendrerait sa tenue dans un contexte de tension accru ».

    Dans la matinée de ce vendredi, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait laissé poindre cette décision, en se prononçant contre la tenue de cette réunion publique évoquant des « risques de violences ».

    Craintes de débordements

    Dimanche dernier, neuf personnes, dont six policiers, ont été légèrement blessées lors de heurts qui se sont déroulés à l'issue d'une manifestation pro-palestinienne dans le quartier Bastille à Paris. « Je considère pour ma part que, à partir des éléments qui m'ont été communiqués par le préfet de police de Paris, les éléments ne sont pas réunis pour que cette manifestation se déroule dans des conditions qui garantissent la sécurité », a déclaré Bernard Cazeneuve chez nos confrères d’Europe 1.

    « Je ne peux pas accepter que [des actes violents] se reproduisent et je ne peux pas prendre le risque de voir demain des Français, quelle que soit leur confession, exposés à des violences », a-t-il insisté. Le ministre a indiqué avoir envoyé à tous les préfets une circulaire pour demander la protection des lieux de cultes en France. « Je leur ai demandé au cas par cas si les conditions d'organisation des manifestations permettent l'apaisement et la sécurité et si ce n'est pas le cas j'ai demandé à ce que ces manifestations soient interdites », a-t-il ajouté.

    Bernard Cazeneuve, ce matin chez nos confrères d'Europe 1 :

    Les éléments ne sont pas réunis pour que cette manifestation se déroule dans des conditions qui garantissent la sécurité.

    Bernard Cazeneuve 18/07/2014
    Ministre français de l'Intérieur
    Écouter

     

    Du coté des manifestants, on fait grise mine.
    « Je pense que c’est une décision politique », a déploré Hosni Maati, avocat du collectif des associations palestiniennes. « Vous avez un gouvernement qui a pris fait et cause pour une certaine version des faits qui se sont déroulés rue de la Roquette la semaine dernière, et à partir de ces faits-là, toute une théorie a été construite sur le risque évident de troubles à la République ».

    « On fait fi de l’origine de ces troubles, qui n’ont pas pour origine les manifestations eux-mêmes », a poursuivi l’avocat. « C’est une réaction à une provocation. Ces heurts-là sont condamnables, mais si on devait être juste dans la condamnation, il faut donner le nom de ceux qui ont à l’origine de ces troubles. Et aujourd’hui, ceux qui se revendiquent de ces troubles, c'est la Ligue de défense juive. »
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.