GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: le Conseil d'Etat maintient l'interdiction de la manifestation pour la Palestine

    media La manifestation du 23 juillet pour la paix en Palestine s'est déroulée sans heurts, ici à Paris. REUTERS/Benoit Tessier

    La nouvelle manifestation pro-palestinienne de ce samedi 26 juillet dans les rues de la capitale a été interdite par la préfecture de police de Paris, qui juge que les garanties en matière de sécurité sont insuffisantes. Le recours devant le Conseil d'Etat déposé par les organisateurs a été rejeté ce samedi à la mi-journée. 

    Le Conseil d'Etat a confirmé ce samedi à la mi-journée l'interdiction de la manifestation pro-palestinienne, interdite par la préfecture de Paris.

    Alain Pojolat, porte-parole du Nouveau parti anti-capitaliste, l’un des organisateurs, ne comprend pas cette décision. « Je suis consterné par tant de bêtise. Le pouvoir a pris la pire des solutions. Comment serait-on, à Paris, la seule capitale du monde où l’on a interdiction de soutenir Gaza ? Des milliers de gens vont aller vers la place de la République et vont se sentir totalement frustrés de ne pas pouvoir manifester leur indignation alors que les images que l’on voit de Gaza, d’heure en heure, sont absolument révoltantes ».

    Les organisateurs ne sont pas les mêmes que ceux de la manifestation autorisée, mercredi dernier 23 juillet, et le parcours présente beaucoup plus de risques, juge le gouvernement. Un argument que rejette maître Hosni Maati, l'avocat des associations : « Nous avons laissé la possibilité de la négociation, de la discussion, pour trouver un parcours qui convienne à tout le monde ; la priorité étant, pour les organisateurs, d’éviter tout trouble à l’ordre public. Et pour cela, il vaut mieux encadrer ces manifestations, que de les interdire ».

    Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, a appelé les organisateurs à renoncer à tout rassemblement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.