GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Aujourd'hui
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Alpinisme: trois nouveaux morts sur l'Everest, sept au total pour la saison (organisateurs d'expéditions)
    France

    Un Avignon poétique et politique pour la première d'Olivier Py

    media Olivier Py, directeur du festival d'Avignon, ici tenant le programme de la 68e édition lors d'une conférence à Avignon, le 20 mars 2014. AFP/Bertrand Langlois

    Le 68e Festival d’Avignon a baissé le rideau le dimanche 27 juillet. Une première édition dirigée par l’auteur, metteur en scène et acteur Olivier Py qui a été marquée par la crise des intermittents du spectacle et une météo capricieuse. L'heure est au bilan.

    Le pire a été évité à Avignon. Le Festival n’a pas été annulé comme en 2006, en raison du conflit des intermittents en lutte pour préserver leur régime d’assurance chômage. Toutefois, cette édition a pâti de plusieurs jours de grève. L’ouverture, le 4 juillet, a été annulée et une autre journée de grève, le 12 juillet, a été très suivie. Et puis les cieux n’ont pas été cléments. C’est le tribut d’un festival dont les spectacles ont pour chapiteau les étoiles. Des orages violents ont perturbé plusieurs représentations. Résultat, c’est 300 000 euros de pertes sur la recette.

    Des surprises

    Mais au-delà des chiffres, la programmation a révélé bien des surprises. L’évènement du festival aura été la pièce fleuve de 18h orchestrée par le jeune metteur en scène de 32 ans Thomas Jolly. Henri VI de Shakespeare a drainé les festivaliers.

    Et puis, Avignon a été la tribune politique ouverte sur la Méditerranée que voulait offrir Olivier Py. Arkadi Zaidès, le chorégraphe israélien, a présenté une pièce coup de poing sur la colonisation dans les Territoires palestiniens alors que la guerre fait rage à Gaza. Et des fenêtres se sont ouvertes sur cette Méditerranée avec Hassan el-Guerently l’Egyptien, Emma Dante, la Sicilienne, et plusieurs pièces grecques. Un festival poétique et politique, comme le voulait son nouveau directeur.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.