GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    François Hollande, des mots pour Gaza qui arrivent trop tard

    media French President Francois Hollande announces that there were no survivors in the Air Algérie flight AH5017 crash Reuters/Benoit Tessier

    Bientôt un mois de conflit. L'opération « Bordure protectrice » a beaucoup fait parler dans les chancelleries... A commencer par la France. Que ce soit par la voix du ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, ou par celle de François Hollande. Des déclarations qui ont déboussolé les électeurs du président. Retour sur la communication fluctuante de François Hollande.

    C'est un communiqué qui laissera des traces. Même dans les rangs socialistes, on en est convaincu. La première réaction de François Hollande après le début des bombardements israéliens, début juillet, est univoque, sans un mot pour les victimes civiles palestiniennes. Les réseaux sociaux s'enflamment aussitôt. Le trouble gagne le Parti socialiste. Et dans une tribune virulente, Dominique de Villepin accuse François Hollande de « soumission à la loi du plus fort ».

    Le chef de l'Etat n'a pourtant jamais remis en cause la doctrine officielle de la France au Proche-Orient. Mais sa sensibilité pro-israélienne, particulièrement frappante lors de sa visite d'Etat en Israël en novembre dernier, l'aura conduit à privilégier le droit à la sécurité d’Israël sur la protection des populations civiles.

    Cruel constat aux yeux d'un certain nombre d'électeurs de François Hollande, qui jurent aujourd'hui qu'on ne les y reprendra pas. A plus forte raison quand, en même temps, le gouvernement fait interdire plusieurs manifestations pro-palestiniennes.

    Une erreur politique ? François Hollande, ensuite, ne cessera d'essayer de corriger le tir, jusqu'à sa condamnation, dimanche, des « massacres » à Gaza.

    Electeurs déçus

    Les images des bombardements, à Gaza, Caroline les a en tête. Comme le mot « massacre », utilisé lundi par le président pour les décrire. Mais pour elle, la réaction du président est « tardive ». « On attend une attitude plus marquée et moins dans l'hésitation », estime-t-elle.

    Lucie, elle, se demande pourquoi le chef de l'Etat a mis tant de temps à réagir. « C'est peut-être difficile de soutenir ouvertement les Palestiniens et de se mettre à dos Israël, s'interroge-t-elle. Donc il fallait s'assurer qu'une ligne rouge soit franchie, comme le bombardement d'écoles, pour que François Hollande puisse enfin mettre les choses au clair. »

    Les socialistes aussi sont perplexes face à l'attitude de l'exécutif. Hadrien
    est militant au PS à Paris. « Il y a eu ce communiqué de presse du gouvernement qui n'était qu'en faveur des actions de l'Etat israélien, se souvient-il. Pas de solutions non plus. La peur de l'échec de notre gouvernement est assez terrible en la matière. » Pour Hadrien, cette hésitation du gouvernement pourrait se payer dans les urnes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.