GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: Emmanuel Macron veut-il la peau des 35 heures?

    media François Hollande et Emmanuel Macron le 1er octobre 2013. Le nouveau ministre de l'Economie fut secrétaire général adjoint de l'Elysée. REUTERS/Philippe Wojazer/Files

    On a eu hier les déclarations d'amour de Manuel Valls à l'entreprise, on a ce matin ce qui pourrait être les pistes de travail du nouveau ministre de l'économie, dans une interview publiée par le Point. Emmanuel Macron a accordé cet entretien juste avant d'être nommé à Bercy, il s'exprime donc à titre personnel sur les 35 heures, précise le magazine.

    La fin des 35 heures c'est le chiffon rouge qu'agite Emmanuel Macron en déclarant que les dérogations accordées aux entreprises en difficulté pourraient être étendues à toutes les entreprises qui le souhaitent. A condition que les syndicats donnent leur accord. Pour le nouveau locataire de Bercy , la clé de la relance, est de « libérer les énergies pour créer de l'activité ». Il faut donc, dit-il, passer à l'étape deux de la modernisation du marché du travail.

    Pour lui, être socialiste consistait hier à étendre les droits des travailleurs, aujourd'hui c'est de réfléchir aux droits réels de tous, y compris de ceux qui n'ont pas d'emplois. Car jusqu'à maintenant ni les emplois aidés, ni les incantations sur le retour de la croissance et l'inversion de la courbe du chômage n'ont été efficaces.

    Le mirage de la relance

    D'après Emmanuel Macron, l'autre politique prônée par son prédécesseur, est un mirage. Relancer l'économie avec de l'argent que l'on n'a pas est « illusoire » affirme-t-il. Selon lui, le manque de compétitivité et le déficit budgétaire sont les deux problèmes de l'économie française.

    C'est exactement le diagnostic de l'Elysée comme de Matignon. Mezzo vocce, Emmanuel Macron fait entendre sa petite musique, et sans surprise, elle est parfaitement raccord avec la tête de l'exécutif. Ce jeudi 28 août au matin cependant, peu après la sortie du Point dans les kiosques, Matignon a fait savoir à l'AFP que le gouvernement « n'a pas l'intention de revenir sur la durée légale du travail à 35 heures », dont la modification éventuelle « relève de discussions entre partenaires sociaux » que l'exécutif « respectera ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.