GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Aujourd'hui
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Le «merci» de Valérie Trierweiler à François Hollande

    media Valérie Trierweiler, ancienne compagne du président français François Hollande, à l'aéroport international de Bombay, le 27 janvier 2014. REUTERS/Danish Siddiqui

    C'est la surprise de la rentrée, peut-être une mauvaise surprise pour François Hollande. Valérie Trierweiler, l'ex-compagne du président, publie ce jeudi 4 septembre, un livre qui a été préparé dans le plus grand secret. Celui-ci raconte ses neuf années aux côtés de François Hollande. Il s'intitule Merci pour ce moment, et d'après les bonnes feuilles parues dans Paris Match ce mercredi, ce n'est sûrement pas un merci à son ex-compagnon.

    Cet ouvrage n'est pas une marque de gratitude. C'est le récit d'une femme blessée, bafouée, qui cherche à prendre sa revanche, à régler ses comptes. Par exemple, cette scène de rupture à l'annonce de l'affaire Gayet : « (...) Je craque, écrit Valérie Trierweiler, je ne peux pas entendre ça, je me précipite dans la salle de bains. Je saisis le petit sac en plastique qui contient des somnifères (...). François m'a suivie. Il tente de m'arracher le sac. Je cours dans la chambre. J'avale ce que je peux. Je veux dormir... ».

    L'ex-première dame n'hésite pas à égratigner l'image de François Hollande, son image d'un président sympa en le présentant comme un goujat. « Il est froid. Ne sourit pas. Je suis son faire-valoir, mais je ne dois rien valoir », écrit Valérie Trierweiler sur son ancien amant président. Valérie Trierweiller raconte enfin qu'après sa séparation, François Hollande l'aurait bombardée de SMS, « jusqu'à 29 textos en une seule journée », dit-elle. L'ex-compagne se pose des questions : « Croit-il ce qu'il écrit ? Ou suis-je le dernier caprice d'un homme qui ne supporte pas de perdre ? ». Cruelles paroles de Valérie Trierweiller qui donne, en tout cas, sa vérité, car il s'agit bien d'un livre de règlement de comptes.

    Un livre préparé dans le plus grand secret

    Seul Paris Match, l’employeur de Valérie Trierweiler, et bien sûr de rares relecteurs avant publication, ont lu le livre, ce mercredi 3 septembre. Ecrit presque d’une traite cet été, selon Europe 1, l’ouvrage a même été imprimé en Allemagne pour éviter tout risque de fuite. « Les camions ne franchiront la frontière qu'aujourd'hui [mercredi, NDLR], pour que les rayons soient remplis demain matin à la première heure », indique le quotidien Le Parisien.

    L’éditeur, Les Arènes, est une maison indépendante, davantage à l’abri des pressions politiques et économiques. Valérie Trierweiller l’assure : « Personne n’était au courant ». Pas même le chef de l’Etat, ni son entourage. Ce mercredi matin, à la sortie du Conseil des ministres, les membres du gouvernement n’ont d’ailleurs pas fait de commentaires. Certains ont même dit qu’ils n’avaient pas lu Paris Match.

    Nouveau coup dur pour le président... mais pas tant

    « Les Français, il y a un seul point sur lequel ils continuent d’apprécier François Hollande, c’est sur son côté sympathique. […] Or, là, avec ce livre, le risque, c’est que même ce côté sympa ne lui soit plus reconnu par les Français », prévient Eric Bonnet, directeur d’études politiques chez BVA opinion. Et puis, « les Français ont le sentiment que le pouvoir ne maîtrise absolument pas la situation. Il y a un sentiment de zizanie qui est encore accentué par ce livre », constate le directeur d’études politiques.

    Mais il tient à nuancer ses propos quant à l’impact de l’ouvrage sur la popularité du président, car dans les sondages, relève l’analyste, François Hollande est « tellement bas qu’il ne peut plus baisser beaucoup ». Et il rappelle surtout que ce qui importe aux Français, ce sont les résultats sur le terrain de la croissance, de l’économie, de l’emploi, beaucoup plus que la vie privée de leurs élus. « Lorsqu’il y a eu cette affaire Gayet, en début d’année, ça n’a absolument pas fait bouger la popularité de François Hollande. On avait fait un sondage juste avant et un sondage juste après, la popularité était la même », se souvient Eric Bonnet.

    Tiré à 200 000 exemplaires, Merci pour ce moment saura sans nul doute tout de même trouver son public… Le livre de Cécilia Attias, Une envie de vérité, sur sa relation avec Nicolas Sarkozy, publié, lui, après le quinquennat du précédent président, s’est vendu à 55 000 exemplaires.

    à (re)lire sur le même sujet, à la Une de la presse française du jeudi : « Dévastateur ! »

    Valérie Trierweiler publie ce livre en plein cœur du mandat de François Hollande, et ça, c’est une première, et ça s’inscrit dans un large mouvement d’accélération de la peopolisation et de la désacralisation de la vie politique
    Eric Bonnet Directeur d'études politiques chez BVA Opinion 03/09/2014 Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.