GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Nicolas Sarkozy absent mais star incontestée du campus UMP à Nice

    media Le nom du leader que se sont choisis les jeunes UMP ne fait aucun doute. REUTERS/Eric Gaillard

    Offensive sarkozyste au campus des jeunes UMP à Nice hier, dimanche, à quelques jours de la déclaration annoncée de Nicolas Sarkozy. Les militants ont plébiscité le retour de l’ex-président à la tête de l’UMP. Même, l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, l’un des trois dirigeants du parti, semble avoir rejoint les rangs sarkozystes.

    Avec notre envoyée spéciale à Nice, Véronique Rigolet

    A Nice, les rangs étaient certes clairsemés, l'UMP n'ayant plus d'argent pour affréter des cars comme elle le faisait quand ses caisses étaient pleines, mais les jeunes militants UMP étaient très déterminés. Ils ont choisi leur leader : ce sera Nicolas Sarkozy. « La droite a besoin de nous, la France a besoin de nous. Nicolas Sarkozy, je l’espère, aura besoin de vous, alors merci beaucoup à vous pour votre participation au campus UMP Nice », a-t-on entendu à la tribune.

    De son côté, le député-maire de Nice, Christian Estrosi a lancé un appel solennel à son ami de 30 ans, « Nicolas », pour qu’il reprenne la direction du parti :

    Ce matin, j'appelle ici à Nice Nicolas Sarkozy pour qu'il reprenne la tête de notre mouvement !

    Christian Estrosi

    Député-maire de Nice

    08/09/2014 - par Véronique Rigolet Écouter

    Et même, surprise, l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, dresse le portrait-robot du futur patron de l’UMP, qui ressemble en tout point à l’ex-président : « C’est une personne qui doit porter un message ! Qui, quand elle rentre dans une salle, ça s’entende, ça se voit ! Quelqu’un qui doit porter une énergie ! Quelqu’un qui incarne une complexité ! »

    Jean-Pierre Raffarin, l’un des patrons de l’UMP, vient-il de rejoindre les soutiens de Nicolas Sarkozy ? Le filloniste Éric Ciotti estime qu’il aurait dû s’en tenir à une plus grande neutralité. Et le député de lancer cette mise en garde : « La présidence de l’UMP ne vaut pas investiture pour la primaire. Voilà », rappelle-t-il.

    L’offensive sarkozyste est puissante. À quelques jours de la déclaration de l’ex-président, ses rivaux misent tous désormais sur les primaires pour 2017.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.