GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Lors d'une conférence de presse à Paris, le directeur des opérations de SOS Méditerranée Férédéric Penard a précisé que 58 migrants sont à bord. Il a demandé à la France leur débarquement «à titre exceptionnel».

    Dernières infos
    France

    Commémorations du centième anniversaire de la bataille de la Marne

    media Le Premier ministre Manuel Valls a célébré l'amitié franco-allemande retrouvée lors de la commémoration du centenaire de la bataille de la Marne à Mondement-Montgivroux, le 12 septembre 2014. AFP/François Nascimbeni

    Le Premier ministre français Manuel Valls préside ce vendredi 12 septembre les commémorations du centième anniversaire de la bataille de la Marne, organisées autour de trois temps forts à Meaux (en Seine-et-Marne), ainsi qu'à Mondement et à Vitry-le-François (Marne). Ces cérémonies sont axées sur la transmission de la mémoire.

    Cette bataille est aussi appelée le « miracle de la Marne ». Début septembre 1914, l'armée allemande est aux portes de Paris, à moins de 50 km à l’Est. Pour les troupes françaises, la situation semble désespérée. Car déclarant la guerre un mois plus tôt, l'Allemagne avait tablé sur une offensive éclair. Pour cela, elle avait mis au point depuis 1894 le plan Schlieffen, prévoyant de vaincre la France en seulement six semaines afin de reporter tout son effort de guerre sur le front Est, face à la Russie.

    L'amitié franco-allemande a triomphé de tous les antagonismes.Et 100 ans après, voyons comment cette amitié est précieuse.
    Manuel Valls a donné le coup d'envoi de la commémoration de la bataille de la Marne au musée de la Grande Guerre de Meaux Premier ministre français 12/09/2014 - par Anissa El Jabri Écouter

    L’Allemagne est donc sur le point de parvenir à ses fins. Les Allemands envahissent le nord-est du pays tandis que les troupes françaises battent en retraite. Dans la capitale, la panique est telle que le gouvernement quitte la ville pour s’installer à Bordeaux. Les Parisiens sont 500 000 à prendre le chemin de l’exode. La rumeur court : le Kaiser Guillaume II aurait réservé sa table pour dîner, sur les Champs-Elysées.

    La contre-offensive inespérée

    Vient alors le sursaut inespéré des troupes françaises. Le maréchal Joffre, commandant en chef des armées lance la contre-offensive avec un mot d’ordre : se faire tuer plutôt que reculer. A l'aube du 6 septembre, dans la Marne, deux millions d'hommes se font face sur un front de 250 km, de l’Ourcq au-delà de Verdun. Les Français parviennent à créer une brèche au sein des lignes allemandes. Pris de court, épuisés par leur marche forcée, les Allemands reculent. Le 12 septembre, Paris est sauvée.

    Mais attention, pas de quoi bomber le torse explique Dominique Fouchard, professeur d'Histoire à Paris : « La bataille de la Marne est souvent présentée comme une victoire française, mais ce n’est pas le cas. Elle est importante car elle met fin à l’avancée allemande. Pour le moral des troupes, c’est bien sûr très important. Mais c’est aussi la bataille qui, de fait, entérine des fronts qui ne bougeront quasiment plus jusqu’à la fin de la guerre ». En effet, après cette bataille, causant environ 100 000 pertes d’hommes dans chacun des deux camps, aucune des armées ne parvient à lancer d'offensive décisive. Débute alors une guerre des tranchées qui va durer trois ans.

    La Première Guerre mondiale dans l’enseignement

    En cette journée de commémorations, 1 700 collégiens du département de la Marne assisteront aux cérémonies, axées sur la transmission de la mémoire. Dans l’enseignement secondaire - au collège et au lycée - la Première guerre mondiale est abordée à deux reprises : de manière très factuelle et chronologique en classe de troisième, puis avec un accent porté sur l'aspect humain en classe de première. On y étudie alors l'expérience combattante avec les lettres de poilus ou encore les difficultés quotidiennes rencontrées par les populations civiles.

    A WWI-era taxi in Paris commemorating the 'Taxis de la Marne' Sarah Elzas/RFI

    Interrogés dans un lycée parisien sur cette bataille de la Marne, les élèves retiennent tout particulièrement l’épisode des « taxis ». Pour acheminer au plus vite les hommes de la capitale vers le front, le général Gallieni, gouverneur de Paris, prend l'initiative spectaculaire de réquisitionner près de 700 véhicules parisiens. Une opération symbolique, puisqu'ils n'emmèneront que quelques milliers de soldats et leur rôle militaire restera marginal. Mais l’évènement, immédiatement exploité par la propagande française, aura un impact psychologique important.

    2 000 projets labellisés « centenaire »

    Cent ans plus tard, l’intérêt des Français pour les évènements de la Première Guerre mondiale reste fort. La Mission du centenaire - groupement d’intérêt public fondé par le gouvernement en 2012 - coordonne plus de 2 000 projets, en France comme à l’étranger, liés à ce conflit. Et cela n’a rien d’étonnant selon Damien Baldin, historien et conseiller auprès de la Mission du centenaire : « La Grande Guerre fait le lien entre l'histoire nationale et l'histoire familiale de la plupart des Français. Presque tout le monde à un grand-père, un arrière grand-père, ou un arrière grand-oncle touché par ces évènements. »

    Pourtant, cet intérêt n’a pas toujours été si fort au cours du siècle passé. Si à la fin de la guerre les anciens combattants sont extrêmement présents dans la vie politique et associative du pays, le deuxième grand conflit mondial va changer la donne : « Les années 1950 et 1960 sont très marquées par la mémoire de la Seconde Guerre mondiale, notamment avec la Résistance. Dans les années 1970, on arrive même à une situation où les derniers survivants de la Grande Guerre se plaignent de l’oubli dans lequel serait tombé leur conflit. D’ailleurs, dans l’opinion, on n’hésite pas à se moquer un peu de "ces poilus qui radotent avec leurs histoires"», raconte Damien Baldin.

    Prise de conscience vers la fin des années 80. Les nouvelles générations, petits-enfants des poilus, réalisent que ces derniers ne sont pas éternels. Elles prennent alors en charge le travail de mémoire. Avec la décentralisation, les régions du front commencent aussi à valoriser leur patrimoine « culturel » autour de la Grande Guerre. Un tourisme de la mémoire s’y développe. Autant d'éléments qui font vivre encore aujourd’hui l‘histoire la Première Guerre mondiale.

    → à voir et revoir, le webdoc « Fusillés pour l'exemple : le dernier combat »


    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.