GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Jihadistes présumés: la France veut tirer les leçons d'un fiasco

    media Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. REUTERS/Benoît Tessier

    Les trois jihadistes présumés se sont rendus hier matin, mercredi, et sont désormais en garde à vue. Alors qu’ils devaient être arrêtés mardi à leur descente d’un avion en provenance de Turquie, ils s’étaient finalement évanouis dans la nature après plusieurs ratés. Une enquête a été ouverte et le gouvernement a commencé à tirer les leçons de ce cafouillage.

    Un avion intercepté sur le tarmac à Paris et trois jihadistes en liberté à Marseille. À l'origine d'un tel couac, des dysfonctionnements en chaîne : un commandant de bord qui refuse d'embarquer les suspects en Turquie. Ankara qui n'avertit pas la France de leur changement d'avion. Et manifestement, selon le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, une communication à revoir entre les deux pays :

    « J’aurai dans les prochaines heures un contact avec mon homologue turc, indique-t-il, et je me rendrai prochainement en Turquie de manière à ce que nous puissions, dans le respect rigoureux du droit turc et de nos procédures judiciaires en France, procéder aux corrections qui doivent l’être ».

    Cheops en panne

    Mais ce n'est pas tout. À Marseille au moment de leur arrivée, les suspects passent les douanes sans encombre. Le système Cheops de contrôle des passeports est en panne. « J’ai demandé à ce qu’il y ait une inspection de l’Inspection générale de l’administration et de l’Inspection générale de la police nationale, explique Bernard Cazeneuve. Je souhaite qu’elles puissent m’être communiquées dans les meilleurs délais de manière à ce que le Parlement puisse disposer de ces éléments ».

    Un fiasco qui aurait pu mal se finir. Les jihadistes présumés se sont finalement présentés d'eux-mêmes à la gendarmerie. Ils ont été placés en garde à vue.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.