GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Bolivie: le gouvernement intérimaire proteste contre des activités de Morales au Mexique
    • Donald Trump souhaite l'ouverture d'un procès en destitution au Sénat (Maison Blanche)
    France

    Les musulmans de France condamnent la barbarie du terrorisme

    media Un portrait de l'otage français assassiné Hervé Gourdel devant la mairie de Saint-Martin-Vesubie, le village où il résidait. REUTERS/Patrice Massante

    Souvent critiquée pour ne pas désavouer assez fermement le fanatisme et le terrorisme se réclamant de l’islam, la communauté musulmane de France a rapidement manifesté son indignation après l’assassinat de l’otage Hervé Gourdel en Algérie. Plusieurs rassemblements vont avoir lieu dans le pays pour dénoncer ce crime.

    Qualifié d’abject, de lâche et d’odieux par l’ensemble de la classe politique, un sentiment partagé par l’opinion publique du pays dans son ensemble, l’assassinat mercredi de l’otage français Hervé Gourdel par un groupe jihadiste se réclamant du mouvement Etat islamique a tout autant indigné les leaders de la communauté musulmane française.« Nous avons diffusé tout à l’heure un communiqué dans lequel nous indiquions que nous avons appris avec horreur l’assassinat barbare et odieux de notre compatriote Hervé Gourdel revendiqué par le groupe terroriste ‘les Soldats du Califat’ dont la lâcheté n’a d’égale que celle de leur maître du Daesh », a ainsi déclaré ce jeudi matin sur RFI Mohamed Moussaoui, le vice-président du Rassemblement des musulmans de France.

    « Nous sommes tous Hervé Gourdel »

    Mohammed Moussaoui

    Vice-président du Rassemblement des musulmans de France

    25/09/2014 - par Sylvie Koffi Écouter

    « Aucune religion, aucune foi ne saurait accepter ce type d’acte cruel et barbare », a poursuivi celui qui fut également durant cinq ans (de 2008 à 2013) le président du Conseil français du culte musulman. « La religion musulmane n’a rien à voir avec ces terroristes », a-t-il insisté. « Malgré les appellations usurpées qu’ils se donnent, leurs actions criminelles sont en totale contradiction avec toutes les valeurs élémentaires de l’islam ». « Et je pense, a-t-il ajouté, que le responsables musulmans et les imams dans leurs mosquées doivent réitérer ces affirmations. (…) Les musulmans de France ont la responsabilité et le devoir de résister de façon à ce que leur religion, leur histoire, leur civilisation ne soient pas stigmatisées par les uns ou instrumentalisées par les autres ».

    « La France, c'est notre famille républicaine. Nous, les musulmans de France, sommes tous Hervé Gourdel », a pour sa part affirmé dans les colonnes du Parisien Hassen Chalgoumi, l’imam de Drancy (Seine-Saint-Denis). « Il est vivant parmi nous, a poursuivi celui qui est aussi le président de la Conférence des imams de France. On ne peut pas soutenir des malades mentaux qui salissent notre religion, on n'a pas le droit de massacrer au nom de l'islam quelqu'un qui croit à la vie ! Les musulmans français sont touchés dans leur chair ». Déterminé, Hassen Chalgoumi, a également appelé à ce que les musulmans français et ceux vivant en France manifestent leur rejet de façon visible. « C'est le moment pour les musulmans de s'afficher, de sortir dans la rue. Il faut lancer une marche contre la haine. On est prêt à défendre nos valeurs. Les extrémistes ne nous feront pas taire. On partage le même sentiment que les Français, on est dans le même combat ».

    Des rassemblements dans toute la France

    Le recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur a appelé à un rassemblement vendredi. Photo: Aurore Marechal/ AFP

    Ce souhait s’est transformé quelques heures plus tard en message de ralliement, par la voix du recteur de la Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, lequel a invité « les musulmans de France et leurs amis » à un rassemblement vendredi « pour dénoncer les actes terroristes commis au nom de l'islam ». Dalil Boubakeur en a appelé à « un moment de recueillement et de solidarité devant la Mosquée de Paris (...) afin de dénoncer l'horreur barbare et sanguinaire de terroristes qui, au nom d'une idéologie mortifère, pervertissent l'islam et ses valeurs ». Il y a dix jours, les principaux courants de l'islam de France avaient déjà signé un texte commun pour dénoncer les exactions commises par le mouvement Etat islamique.

    Alors que des rassemblements pour honorer la mémoire d’Hervé Gourdel vont se tenir dans de nombreuses villes de France et notamment en Provence Côte-d’Azur, sa région d’origine, des groupes se sont créés sur les réseaux sociaux pour que les musulmans se joignent à ces marches de recueillement, à l’image de la Communauté islamique d'Indre et Loire qui a appelé à manifester samedi dans les rues de Tours. Sur Facebook, un très grand nombre de musulmans expriment aussi leur horreur face à ce drame et des groupes se sont créés, comme celui du soutien des Algériens à la famille d’Hervé Gourdel.

    Reste que si tous ces efforts sont extrêmement louables, ils sont insuffisants selon le théologien, écrivain, intellectuel et imam Tareq Oubrou qui était jeudi matin l’invité de France Inter. « Les manifestations c’est peut-être nécessaire mais ce n’est pas suffisant pour régler ce problème qui est un problème très profond », a-t-il estimé. « Nous commentons aujourd’hui un symptôme. Mais la cause est très profonde, ancrée dans l’Histoire », a-t-il expliqué. « Elle remonte jusqu’au XVIIe siècle avec l’effondrement de la civilisation islamique, lequel effondrement est vécu, jusqu’à aujourd’hui, par les musulmans comme un « paradis perdu » et qui ne sont ni dans l’histoire ancienne ni dans la modernité ».

    « Un monstre qu’on n’arrive pas à dompter »

    Tareq Oubrou lors d'un prêche à la mosquée de Bordeaux, en décembre 2013. AFP PHOTO / MEHDI FEDOUACH

    Selon l’auteur de Un imam en colère, le monde musulman baigne aujourd’hui dans une « schizophrénie identitaire ». « Quand on entend, a-t-il dit, un Etat islamique déclarant aujourd’hui le Califat, c’est la schizophrénie même. Le Califat, c’est un système de droit canon classique [ensemble des règles fixées ou agréées par les autorités d'une religion, ndlr] alors que l’Etat, c’est une notion moderne ». « Comment être un calife et être un président ? »,  s’est-il interrogé, faussement naïf.

    « Ces gens-là, dénonce Tareq Oubrou, ne font pas de la théologie politique, ne connaissent ni le droit classique musulman ni les théories ou la philosophie politique moderne. On est dans la politique du désordre et du chaos (…) qui manipule et mobilise le sentiment de ce qu’il reste d’émotion musulmane pour des visées purement politiques et ethniques. C’est un monstre qu’on n’arrive pas à dompter, tout simplement ». « Nous mêmes à Bordeaux nous allons organiser une manifestation », a-t-il annoncé. Non sans se plaindre toutefois du manque de médiatisation dont ce type de manifestation serait, selon lui, victime : « Je pense que les médias doivent un peu rééquilibrer l’information parce qu’on reçoit la gifle mais on n’a pas le droit de pleurer. C’est un peu ça notre problème aujourd’hui. On ne sait pas médiatiser les paroles d’apaisement qui règnent dans la communauté musulmane ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.