GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Manuel Valls: «La GPA est et sera interdite en France»

    media Le Premier ministre Manuel Valls a souhaité rassurer les militants anti GPA et se positionner après les déclarations de la droite sur ce sujet sensible. REUTERS/Philippe Wojazer/Files

    Après l'adoption du mariage homosexuel, les militants de la «Manif pour tous» vont défiler ce dimanche pour protester notamment contre la GPA (gestation pour autrui). Une question sensible dont se sont emparés les leaders de la droite, Nicolas Sarkozy en tête, et sur laquelle Manuel Valls a été amené à trancher lors d'une interview jeudi.

    La gestation pour autrui, la GPA, « est et sera interdite en France ». Dans une interview au quotidien La Croix, Manuel Valls tente de couper court au débat et de rassurer ceux qui dans la « Manif pour tous » ont fait de cette question leur nouveau cheval de bataille contre le gouvernement.

    Quitte à s'attirer les foudres, à gauche, de ceux qui militent pour la légalisation de la GPA, le Premier ministre se positionne ainsi : « La France est opposée à la légalisation de la GPA. Une pratique intolérable de marchandisation du corps des femmes ». Un ton ferme pour un sujet sensible qui provoque la controverse dans la société.

    Manuel Valls n’a pas l’intention de laisser à la droite un angle d'attaque sur cette thématique. A peine revenu sur la scène politique, Nicolas Sarkozy s’est déjà emparé de la question et a pris position en proposant d'interdire la GPA dans la Constitution.

    Sans aller jusqu'à évoquer un verrou constitutionnel, Alain Juppé, son principal rival à l'UMP, a manifesté lui aussi son opposition à la GPA. A droite, pour éviter de rouvrir le débat sur le mariage pour tous, et malgré les sollicitations d'une partie de l'électorat, les candidats potentiels à la présidentielle de 2017 ont bien compris qu'ils devaient au minimum donner des garanties sur l'interdiction de la GPA.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.