GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Septembre
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
Samedi 23 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 25 Septembre
Mardi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: Médecins du monde nous fait regarder la précarité en face

    media « Regardons la précarité en face », c'est le message des photographies de l'exposition de Médecins du monde à Paris. Médecins du monde / Denis Rouvre

    A l’occasion de la journée mondiale du refus de la misère ce 17 octobre et de la publication de son rapport annuel sur l’accès aux soins des plus démunis en France, Médecins du monde présente jusqu’à dimanche une exposition monumentale sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris, intitulée « Regardons la précarité en face ».

    Cette installation de douze structures de six mètres de haut par trois mètres de large offre à voir en grand format les différents visages de la pauvreté et de l’exclusion. Ce projet photographique a été réalisé avec le concours du portraitiste Denis Rouvre, qui depuis plusieurs années, pose son regard sur ceux qu’il nomme lui-même les « figures héroïques ». Des êtres anonymes aux vies ordinaires et aux destins extraordinaires.

    Les portraits sont immenses. Diego, Aziz, Armelle ou encore Constantin nous regardent les yeux dans les yeux. Inutile donc de détourner le regard pour éviter le face à face avec ces anonymes qui ont accepté de se faire les ambassadeurs de tous ceux qui partagent leur sort.

    Le photographe Denis Rouvre a rencontré les plus démunis et les a éclairés sur fond noir, comme dans les portraits de la Renaissance, leur conférant ainsi la noblesse de ceux qui sont maîtres, parfois sans le savoir, de leur royaume. Il a donné un visage à tous ces hommes et ces femmes que l’on ne consulte pas d’habitude, ces anonymes dont le regard, le corps, les postures définissent une géographie à échelle humaine, un territoire où l’homme se tient debout.

    Avec cette exposition, Médecins du monde a préféré montrer des visages plutôt que des chiffres. Difficile alors pour le passant de dire : « Je ne savais pas, je n'ai rien vu ».

    Difficultés d’accès aux soins

    Les plus pauvres, confrontés à une précarité grandissante, rencontrent toujours d'énormes difficultés pour se soigner en France, souligne Médecins du monde dans son rapport annuel 2014. En France, il y a plus de trois millions de personnes en situation de précarité selon l’Insee et les inégalités sociales de santé se creusent.

    En 2013, 29 960 personnes se sont rendues dans les Centres d’accueil de soins et d’orientation de l’association. Des personnes vivant dans la rue, dans des squats ou dans des bidonvilles, se prostituant, des usagers de drogues, des migrants en transit, etc.

    Dans la grande majorité des cas, les personnes rencontrées cumulent difficultés financières et conditions de logement précaires. 97 % des personnes rencontrées dans les centres vivent sous le seuil de pauvreté. Plus d’un tiers vivent en squat, bidonvilles ou sont sans domicile fixe. 80 % des foyers sont en situation d’insécurité alimentaire pour raison financière.

    Bénéficier d’une couverture maladie est ainsi déterminant pour les populations vulnérables. Mais l’étude montre que pour de multiples raisons, elles accèdent difficilement au système de soins.

    Toujours selon l’étude, plus d’un tiers des personnes ayant fréquenté les centres de Médecins du monde en 2013 présentaient un retard de recours aux soins et 20% ont même renoncé à se soigner au cours des douze derniers mois.

    Par ailleurs, l’association montre que les seuils imposés pour pouvoir bénéficier de la CMU (Couverture maladie universelle) par exemple, bien qu’augmentés sensiblement en juin 2013, excluent encore un grand nombre de personnes qui vivent pourtant sous le seuil de pauvreté.

    La majorité des patients accueillis par l’association sont des étrangers en situation précaire. MDM signale que l’année 2013 a été marquée également par une explosion du nombre de mineurs isolés.

    Quelques chiffres supplémentaires
    (source: Insee, portant sur l'année 2012)

    Près de 14 % de la population française vit dans la pauvreté. Ce qui représente 8,5 millions de personnes. Un individu est considéré comme pauvre en France lorsqu’il est obligé de vivre avec moins de 984 euros par mois, soit en-dessous du seuil de pauvreté. Pour un couple avec deux enfants ce seuil est fixé à 2000 euros.

    Ne souhaitant pas dramatiser ces chiffres, les auteurs de l’enquête soulignent que par rapport à 2011, la pauvreté a légèrement reculé. Une bonne nouvelle qu’il faut toutefois traiter avec précaution. Car plus de 50 % des Français vivant sous le seuil de pauvreté disposent d’à peine 748 euros par moins, un niveau qui n’a jamais été aussi bas depuis 2006.

    Conclusion : les pauvres deviennent de plus en plus pauvres. Une tendance alarmante qui ne devrait pas s’inverser à court terme. La misère touche tout particulièrement les familles monoparentales et les enfants. Près de 20% d’entre eux, soit un sur cinq, connaitrait la pauvreté.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.