GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Aujourd'hui
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le Premier ministre malien Soumeylou Boubèye Maïga a présenté jeudi sa démission au chef de l'Etat Ibrahim Boubacar Keïta, qui l'a acceptée, selon un communiqué de la présidence. Cette démission intervient à quelques heures de l'examen par l'Assemblée nationale d'une motion de censure du gouvernement déposée par des députés de l'opposition, mais aussi de la majorité.

    France

    Des cinéastes aux côtés des coiffeuses sans-papiers de Paris

    media Les «18», coiffeuses et manucures la plupart sans-papiers, occupent depuis plusieurs mois un salon de beauté afro au 57 Bd de Strasbourg, à Paris, ©Collectif des cinéastes pour les sans-papiers

    Le procès des « 18 » du boulevard de Strasbourg s'ouvre ce jeudi 23 octobre à Paris. Les 18, ce sont 18 coiffeuses et manucures, la plupart sans-papiers, qui occupent depuis plusieurs mois un salon de beauté parisien. La justice doit se prononcer sur leur expulsion, alors que leur employeur a déposé le bilan. Depuis le mois de mai, les « 18 » dénoncent leurs conditions de travail inhumaines et comptent sur l'appui du Collectif des cinéastes pour les sans papiers qui a lancé une campagne nationale hier, avec un film diffusé dans une centaine de cinémas en France.

    C'est une campagne nationale de mobilisation en faveur des 18 salariés sans-papiers, pour la plupart coiffeuses et manucures d’origine africaine, qu'a lancé mercredi le Collectif des cinéastes pour les sans-papiers. L'objectif est de les aider à obtenir un titre de séjour. Ces salariés sans-papiers protestent depuis plusieurs mois contre leurs conditions de travail très difficiles. Les cinéastes ont donc réalisé un film de trois minutes avec leurs témoignages : « On m’avait dit, la coiffure, c’est 400 euros par mois », « Très vite, on découvre qu’il n’y a pas vraiment de salaires », « 80 heures par semaine depuis un an, deux ans », « Nous sommes les premiers à parler », « Si notre parole s’éteint, qui la prendra après nous ». 

    C’est justement pour que leurs paroles ne s’éteignent pas que le Collectif des cinéastes pour les sans-papiers a filmé ces témoignages. Christophe Ruggia est l’un des réalisateurs : « Quand on est rentrés dans le salon de coiffure, on était juste tous atterrés, scandalisés : pas d’aération, on étouffait, on transpirait. Ce sont des conditions qui sont juste contraires à la dignité humaine. »

    Le collectif demande au gouvernement de donner des titres de séjour à ces coiffeuses. Les salariées, elles, commencent à avoir peur. Fatou est l’une des employées : « Là, on n’est pas en sécurité. On est en danger. Et vu qu’on a porté plainte contre eux, qu'on a dénoncé un système, vraiment notre sécurité est en jeu. Ça nous embête que ça prenne trop de temps. Il faut qu’on soit protégés. Ce n’est pas facile. » La situation de Fatou et des autres est loin d’être isolée. D’après les cinéastes, dans le quartier de Château d’Eau à Paris, ce sont 1 500 sans-papiers qui travaillent sans être déclarés.

    → A CONSULTER :  Le site du collectif des cinéastes pour les sans-papiers
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.