GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: le Parti socialiste en crise

    media François Lamy (G), ancien ministre de la Ville dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, élu de l'Essonne, vient de rejoindre Martine Aubry. RFI

    L'ambiance est morose au Parti socialiste qui a décidé d'organiser son prochain congrès en juin 2015. Soit entre les deux échéances électorales tant redoutées, départementale en mars et régionale en fin d'année, où le parti risque de subir une nouvelle déroute. Une véritable épée de Damocles au-dessus de la tête des élus qui les incite à essayer de sauver les meubles.

    Après la claque des municipales et des européennes, le Parti socialiste s'apprête à encaisser un nouvel échec en 2015. L'espoir de limiter la casse lors de scrutins départementaux et régionaux semble même tellement faible que certains élus anticipent déjà en adoptant des stratégies de reconversion.

    Ainsi, François Lamy, ancien ministre de la Ville dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, élu de l'Essonne, vient de rejoindre Martine Aubry, dont il est proche, à Lille. Avec en ligne de mire : une place sur la liste pour les régionales dans le Nord, en 2015.
    Un cadre du Parti socialiste y voit le début d'un « grand sauve qui peut  ».

    Il est vrai que les socialistes qui ont déjà perdu de nombreuses places d'élus dans les conseils municipaux en mars dernier, risquent d'en perdre encore plus dans les départements et dans les régions où ils étaient jusqu'ici largement majoritaires.

    A mi-mandat et alors que la politique du gouvernement n'a pas produit les résultats escomptés, c'est donc la déception et la crainte qui dominent au PS. Il n'est pas sûr que le travail de remobilisation lancé par Jean-Christophe Cambadélis avec les états généraux qui doivent se conclure début décembre et la préparation du congrès de juin 2015 permettent d'inverser la tendance.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.