GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le groupe Etat islamique revendique l'attentat contre une mosquée chiite à Kaboul (communiqué)
    France

    Conférence environnementale: l'heure de vérité pour Hollande «l'écolo»

    media François Hollande, le 26 novembre 2014 au palais de l'Elysée, à Paris. REUTERS/Philippe Wojazer

    La 3e conférence environnementale du quinquennat de François Hollande démarre ce jeudi 27 novembre à l'Elysée dans une ambiance tendue. Le drame de Sivens, la suspension de l'écotaxe, l’incertitude sur la durée de vie des centrales nucléaires et sur la fermeture de celle de Fessenheim et l’épineux dossier de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes plombent les relations entre les écologistes et le gouvernement.

    Pendant deux jours, ministres, ONG, syndicats, patronat et élus se retrouvent autour de trois tables rondes : une première sur les transports, une deuxième sur le thème du climat et de la biodiversité, un an avant la COP 21, la conférence de l'ONU sur le climat à Paris, et un troisième grand sujet, le plus urgent aux yeux de la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal : « Le plus important, ce sont les relations entre la santé et l’environnement : tous les sujets liés à la réduction des substances chimiques, liés à la dégradation de l’environnement, donc l’interdiction des pesticides, des perturbateurs endocriniens, etc. »

    Trois étapes vers un changement des mentalités ?

    Les conférences s’enchaînent : début décembre aura lieu la conférence sur le climat à Lima. Un an après, fin 2015, Paris recevra la COP 21. L’enjeu de la conférence environnementale est donc de montrer que la France est capable de donner l'exemple en termes de lutte contre le changement climatique. Et sur ce point, Ségolène Royal est totalement confiante : « La France s’est engagée, la France doit être exemplaire. Et c’est donc sur une base positive que les négociations vont s’engager à Lima. »

    Mais les ONG attendent de voir. Le Réseau action climat France vient d'interpeller François Hollande, pour qu'il prenne les engagements nécessaires. Alix Mazounie, chargée des politiques internationales du RAC France, explique : « Dans une lettre que nous avons adressée à François Hollande, nous avons réaffirmé nos cinq priorités politiques pour la conférence environnementale. La première, c’est la fin de tout soutien français au charbon et à l’énergie fossile à l’international. La deuxième, c’est que la taxe sur les transactions financières européennes soit la plus large possible et qu’elle soit affectée en grosse partie aux enjeux du changement climatique et de la solidarité internationale.

    La troisième, c’est que la France soit ambitieuse au niveau européen, qu'elle porte des propositions au sein de l’Union européenne qui permettent d’aller plus loin que les objectifs proposés aujourd’hui. La quatrième : une fiscalité écologique qui va réellement envoyer un signal aux investisseurs sur le fait qu’il ne faut plus investir dans les énergies fossiles, mais bien investir dans les énergies renouvelables. La cinquième : que les investissements et les contrats qui sont en train d’être négociés entre l’Etat et les régions portent sur les transports en commun et sur le rail plutôt que sur les projets routiers ou sur le transport aérien. »

    Promesses et reculades : les engagements phares de 2013

    Plusieurs dossiers fâchent les écologistes. Entre autres : la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim toujours repoussée et la reculade concernant l'écotaxe. Pour protester contre ce désengagement, plusieurs ONG, dont le Réseau action climat vont boycotter la table ronde sur les transports. Alix Mazounie souligne son immense déception suite à « la suspension de l’écotaxe poids lourds qui était le signal le plus important qu’on attendait cette année de la part du gouvernement français ».

    « L’écotaxe était censée montrer qu’il avait compris comment financer la transition énergétique, explique Alix Mazounie. Nous exigeons que la main gauche ne fasse pas l’inverse de la main droite ! Or, aujourd’hui nous avons à la fois un projet de loi sur la transition énergétique plutôt ambitieux et des décisions de ce genre qui abîment la confiance qu’on peut avoir dans le gouvernement français. » Pierre Cannet, de la branche française du Fonds mondial pour la nature (WWF France), lance donc cet appel au gouvernement français : « On attend de la conférence environnementale qu’elle donne un cap en France pour démontrer qu’effectivement la transition est possible et surtout qu’elle rapporte. »

    A Europe Ecologie Les Verts aujourd'hui, on est parfois désenchanté, parfois très en colère...
    François Hollande, un «converti» de l'écologie? 27/11/2014 - par Anissa El Jabri Écouter

    Et d'ajouter : « On pense à toutes les opportunités en termes de santé publique, en termes d’emploi, en termes de croissance. Il faut que la France arrive à montrer qu’effectivement, elle s’est engagée dans la transition énergétique. Il faut qu’elle arrive à démontrer au reste du monde que cette transition est possible et qu’elle est porteuse pour l’avenir. » Tous les regards sont maintenant tournés vers la feuille de route produite par la conférence environnementale, en attendant de voir si les paroles et les textes seront suivis d'actes concrets.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.