GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Conflit d’intérêts à l’UMP: Nicolas Sarkozy signe un gros chèque

    media Le président des «Républicains» Nicolas Sarkozy, en novembre 2014. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Le tout nouveau patron de l'UMP Nicolas Sarkozy vient de rembourser plus de 363 000 euros à son parti. Il s'agit des pénalités qui lui avaient été infligées en raison du rejet de ses comptes de campagne en 2012. L'UMP les avait alors prises en charge. Mercredi 3 décembre, Nicolas Sarkozy a donc décidé de les rembourser. Un geste purement politique, explique son entourage.

    « Ce n'est pas l'aveu d'une faute ou d'une erreur », explique-t-on dans l'entourage de Nicolas Sarkozy. C’est simplement la volonté d'éviter un « possible conflit d'intérêts ». Nicolas Sarkozy vient d'être élu à la tête de l’UMP alors que la formation est toujours partie civile dans cette affaire du paiement de ses pénalités. « Il a donc jugé de son devoir de régler ainsi ce possible conflit d’intérêts », souligne Henri Guaino. Des voix s'étaient élevées avant l'été - notamment dans les rangs fillonistes - pour s'interroger sur la validité d'un tel paiement par l'UMP de ces fameuses pénalités qui auraient dû être acquittées personnellement par l'ex-candidat à la présidentielle. C'est ce qui avait justifié l'ouverture d'une information judiciaire.

    Selon le Conseil constitutionnel, Nicolas Sarkozy a trop dépensé durant sa campagne. La haute instance a donc refusé de rembourser ses frais et l'UMP a lancé un appel aux dons pour payer la note. Mais ce non-remboursement allait de pair avec une pénalité : 363 615 euros. Là encore, c'est l'UMP qui a mis la main à la poche.

    Deux commissaires aux comptes s'interrogent : était-ce vraiment au parti de payer une amende infligée à Nicolas Sarkozy en son nom propre ? Ils en réfèrent au parquet qui ouvre une enquête préliminaire. Les juges poursuivent ensuite avec une information judiciaire. Une procédure est donc enclenchée pour abus de confiance, complicité et recel.

    Difficile pour Nicolas Sarkozy de présider un parti qui a déposé une plainte le visant, même si ce n'est qu'indirectement. « Il met un terme encore une fois à la possibilité d’un conflit d’intérêts et il est normal que ça vienne maintenant après la parution des notes de Bercy et après son élection à la tête de l’UMP », affirme Henri Guaino. Le geste vise donc à éteindre la polémique qu'auraient pu entretenir ses adversaires. Mais le remboursement de la somme ne met pas un terme à la procédure.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.