GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: la facture très salée de l'abandon de l'écotaxe

    media En France, un camion passe sous un portique de contrôle de l'écotaxe à Saint-Sébastien-sur-Loire, près de Nantes, le 29 octobre 2013. REUTERS/Stephane Mahe

    L'accord a été conclu mercredi 31 décembre dans la soirée : l'Etat français va rembourser Ecomouv, cette société qui avait été chargée de récolter l'écotaxe et ainsi financer les infrastructures de transports. Mais le gouvernement a abandonné l'idée et le contrat a été résilié au mois d'octobre. Une résiliation qui coûte cher : 839 millions d'euros.

    Concrètement, l'Etat s'engage à verser la moitié de cette somme à Ecomouv. La transaction se fera normalement au mois de mars. L'autre moitié, ce sera pour reprendre les dettes bancaires : environ 40 millions d'euros par an, et ce pendant 10 ans.

    Sur ce dossier des pénalités, les deux parties avaient jusqu'au 31 décembre pour trouver un accord. C'est ce qui a été fait. Le contentieux a été évité.

    Mais ça ne veut pas dire que tout est réglé. Au contraire, Ecomouv peut très bien demander plus d'argent. C'est en tout cas ce qu'affirme la CGT d'Ecomouv. Car si on suit son raisonnement, ces 839 millions d'euros ne sont « qu'une partie des dédommagements ». Le syndicat chiffre le manque à gagner total à hauteur de 2 milliards et demi d'euros.

    En tout cas, ces indemnités pourront toujours consolider un plan social qui s'annonce difficile. Il y a un mois, Ecomouv annonçait la cessation de son activité et le licenciement de ses 200 salariés. Aujourd'hui, la société n'a plus de contrat, elle est vouée à disparaître.

    Mais sur les routes françaises, les portiques, eux, n'ont pas disparu. Ils appartiennent à l'Etat et il va bien falloir leur donner une nouvelle fonction. Et pour le moment, le gouvernement cherche encore.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.