GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    L'adoption d'enfants étrangers en forte baisse en France

    media En République démocratique du Congo, l’adoption a été suspendue, car des abus auraient été constatés à l’encontre des enfants qui feraient l’objet d’un traitement inhumain dans les pays d’adoption. Steve Evans/CC/Wikimedia Commons

    Les Français adoptent de moins en moins d'enfants étrangers. Une étude du ministère des Affaires étrangères estime qu'il y a aujourd'hui quatre fois moins d'adoptions à l'étranger qu'il y a dix ans. Les parents en demande d'adoption peuvent en témoigner, les dossiers ont toujours été longs et demandent de la rigueur, mais ces cinq dernières années, le processus s'est durci en raison de mesures de protection voire d'interdiction de certains pays.

    Le Vietnam et la Russie restent les deux principaux auxquels les parents français font le plus appel pour adopter. Le grand changement se situe dans l'âge des enfants et contrairement à une idée reçue, ces enfants ne sont ni handicapés ni malades.

    S'il y a une raison à cette baisse des demandes d'adoption à l'internationale, elle est à chercher du côté des pays d'origine qui cherchent officiellement à protéger leur jeunesse d'éventuels trafics. Les Russes et les Ethiopiens viennent par exemple de durcir les clauses pour les familles, notamment en rejetant toute demande individuelle qui ne passerait pas par un organisme agréé.

    En Afrique, le Mali et la République démocratique du Congo ont bloqué les demandes y compris celles en cours de réalisation. C'est aussi le cas de nombreux pays en Amérique latine, en Asie ou en Afrique, qui ont signé la Convention de La Haye, un texte qui condamne les abus et les délits.

    C'est certes fâcheux pour les 20 000 candidats français qui cherchent à adopter, mais un bon signe en même temps, dit-on au Conseil supérieur de l'adoption, puisqu'il montre la prise de conscience pour rendre l'adoption plus transparente.

    Et si la France qui continue tout de même à adopter des bébés dans des pays qui n'ont pas ratifié le texte va être obligée d'évoluer en comptant beaucoup plus sur ses propres ressources, le projet de loi examiné ce mois prévoit par exemple de faciliter les adoptions d'enfants placés en foyer en cas de défaillance prouvée et avérée des parents biologiques.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.