GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Le nouveau Charlie Hebdo dans les kiosques

    media Le dernier Charlie Hebdo sort à 3 millions d'exemplaires mais nombreux sont les Français qui ont réservé leur exemplaire ce mercredi 14 janvier auprès de leur marchand de journaux en soutien à l'hedomadaire.

    A peine était-il en kiosque ce mercredi que le nouveau numéro de Charlie Hebdo était épuisé. Pour les retardataires, pas de panique, le journal a été imprimé à 5 millions d'exemplaires. Sa couverture avait déjà été dévoilée lundi 12 janvier en soirée et il était clair que la rédaction du journal satirique, amputée de douze des siens assassinés il y a une semaine par les frères Kouachi, ne cèdait pas. Au final, ce sont 16 pages de rire et d'émotion, élaborées tant bien que mal par une équipe meurtrie, mais fière de publier ce numéro post-attentat.

    Le nouveau Charlie Hebdo est sorti ce mercredi. Il a été préparé dans la douleur par les rescapés de l'attaque du 7 janvier 2015, au cours de laquelle les frères Kouachi ont décimé les rangs de la rédaction à la kalachnikov, disant vouloir « venger le prophète », maintes fois croqué par les caricaturistes de l'hebdomadaire. Un exercice compliqué, dans lequelle les survivants disent avoir mis ce qui leur restait de courage, abrités dans les locaux du quotidien Libération et travaillant sur des ordinateurs prêtés par Le Monde.

    Les survivants ne fléchissent pas : Mahomet apparaît de nouveau sur la Une, la larme à l'œil, une pancarte « Je suis Charlie » dans les mains. Un dessin signé Luz, précédé du titre « Tout est pardonné ». Les auteurs souhaitent rester dans la droite ligne de la tradition du journal. « Nous nous moquons de nous, des politiques, des religions, c'est un état d'esprit », a souligné l'avocat du journal Richard Malka. « Quand on a une pancarte " Je suis Charlie ", ça veut dire : " Vous avez le droit au blasphème, vous avez le droit de critiquer ma religion, parce que ce n'est pas grave " », a-t-il ajouté.

    Le prophète Mahomet en couverture du numéro 1178 de Charlie Hebdo, qui paraitra mercredi 14 janvier 2015, tiré à 3 millions d'exemplaires.

    Cette sortie, malgré tout, est un « geste de survie », a expliqué l'avocat du journal. Mais le numéro de cette semaine se veut aussi normal que possible, évitant la rubrique nécrologie, l'hommage et les dessins affluant de l'extérieur depuis le 7 janvier dernier. Il contiendra en revanche des dessins inédits des membres assassinés de l'équipe : Cabu, Wolinski, Charb, Tignous. L'étonnant aurait été que Mahomet n'y apparaisse pas, a expliqué Richard Malka, car « dans chaque numéro de Charlie Hebdo depuis 22 ans, il n'y en a pas un où il n'y a pas de caricatures du pape, de Jésus, de curés, ou de rabbins, d'imams et de Mahomet ».

    A l'intérieur, sur 16 pages, les coups de crayon n'ont rien perdu de leur subversion. Le journal publie d'anciens dessins féroces de Wolinski, Charb, Tignous, Honoré et Cabu, assassinés mercredi dernier. Car ce numéro est aussi un numéro hommage : Cabu se moque des jihadistes en comparant leur départ pour la Syrie aux échanges étudiants Erasmus. Un autre dessin croque trois islamistes à la mine patibulaire regrettant que les martyrs de Charlie Hebdo leur piquent toutes leurs vierges au paradis. Le journal satirique publie également un texte posthume d'Elsa Cayat, la psychiatre et psychanalyste tuée dans l'attentat qui défend « la capacité de s'aimer ».

    Riss, blessé dans l'attaque, signe deux vignettes avec cette légende : « Dessinateur à Charlie, 25 ans de boulot ; terroriste, 25 secondes de boulot - Terroriste, un métier de feignant et de branleur ». Sur une double page intérieure, des croquis de la manifestation de soutien de dimanche 11 janvier, avec ce sous-titre : « Plus de monde pour Charlie que pour la messe ». Dans l'édito, le rédacteur en chef Gérard Biard dit accepter que les cloches de Notre-Dame sonnent en l'honneur du journal à condition que ce soit les Femen, ces militantes féministes à seins nus, qui les fassent tinter. Il invite surtout tous les nouveaux amis de Charlie à défendre fermement la laïcité contre les totalitarismes religieux.

    Pour Gérard Biard, la confection de ce numéro s’est cependant  faite dans la douleur, a-t-il ainsi précisé dans les locaux de Libération. « On est heureux d’y être arrivés. Ça a été dur […] Comme je l’avais déjà dit, il y a tout le monde, il y a tout Charlie » avant de remercier les institutions et les anonymes, qui ont envoyé des soutiens, et tous ceux qui se sont abonnés, et « en particulier Arnold Schwarzenegger, qui à lui seul vaut dix abonnés. Et on remercie aussi George Clooney, qui lui aussi peut s’abonner, comme ça, toutes les femmes du journal auront son adresse. »

    3 millions d'exemplaires

    Ce numéro 1 178 sera finalement tiré à 3 millions d'exemplaires, contre 1 million initialement annoncé et 60 000 d'ordinaire. Selon le chroniqueur-urgentiste Patrick Pelloux, il sera traduit en 16 langues. Les messageries lyonnaises de la presse (MLP) comptent expédier 300 000 exemplaires dans 25 pays du monde, contre 4 000 habituellement, nous informe le site du journal Le Monde. Les distributeurs assurent au « quotidien du soir » qu'ils ne puiseront pas dans les recettes issues du premier million d'exemplaires vendus. L'intégralité des 27 000 points de vente français seront pourvus quotidiennement, du 14 au 19 janvier. Le numéro restera en kiosque pendant huit semaines.

    Pour Michel Salion, porte-parole des MLP, le distributeur de Charlie Hebdo, la logistique mise en place pour réapprovisionner les kiosques à journaux sur plusieurs jours a nécessité un effort important. « Tous les jours, nous allons avoir des livraisons qui vont partir de nos plateformes logistiques. Il y a 650 000 exemplaires qui sont en train de partir [...]. Jeudi dans la journée, il y en a également 400 000 qui vont partir, et ainsi de suite. » Mais attention, précise Michel Salion, la demande est tellement forte que les acheteurs risquent tout de même de ne pas trouver d'exemplaires. « Les marchands vont probablement avoir des quantités insuffisantes par rapport à la demande effective, mais il faudra expliquer qu’il faudra peut-être passer le lendemain ou le surlendemain. Les premiers arrivés seront les premiers servis. »

    Des réactions épidermiques sont à craindre, mais dans son prêche de vendredi dernier, l'imam de la mosquée de Bordeaux Tareq Oubrou, par ailleurs théologien respecté, a tenté d'apporter son conseil pour trouver remède à la susceptibilité : « Parole contre parole, pensée contre pensée, intelligence contre intelligence, caricature contre caricature. Qui empêche les musulmans de faire des caricatures ? Faites aussi un hebdomadaire, et faites aussi les caricatures ! », a-t-il dit aux fidèles venus l'écouter.

    → à lire aussi la revue de presse du jour avec Charlie à la Une

    L'équipe de Charlie Hebdo, photographiée le 9 janvier 2015 dans les locaux du quotidien Libération. AFP PHOTO / BERTRAND GUAY

     

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.