GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 23 Novembre
Vendredi 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Nouveau «Charlie Hebdo»: un raz-de-marée sur les kiosques en France

    media Les 700 000 premiers exemplaires du nouveau Charlie Hebdo ont été très vite été épuisés en kiosque ce mercredi 14 janvier 2015, comme ici dans le centre de Montpellier. AFP/Pascal Guyot

    A peine arrivé dans les kiosques, le numéro 1 178 de Charlie Hebdo, trois euros pièce, a fait l’objet d’une ruée. Ce « numéro des survivants », qui caricature le prophète Mahomet en Une sous la bannière « Tout est pardonné », est d’ores et déjà en rupture de stock. Habituellement tiré à quelques dizaines de milliers d’exemplaires, Charlie Hebdo sera finalement imprimé cette semaine 5 millions de fois, les 3 millions initialement prévus étant manifestement en deçà de la demande. Les scènes qui ont lieu ce mercredi en France sont à la limite du réel.

    Charlie Hebdo tiré à 5 millions d’exemplaires. Qui l’eût cru ? Une semaine jour pour jour après le massacre à la kalachnikov qui a décimé les rangs de l’hebdomadaire satirique français à Paris, le nouveau numéro historique du journal, réalisé par les rescapés de l’équipe, a fait ce mercredi matin l’objet d’une gigantesque cohue généralisée dans l’intégralité des 27 000 points de vente du territoire français.

    Les 700 000 premiers exemplaires distribués sont tous partis, a annoncé l’Union nationale des éditeurs de presse (UNDP). A 10h, il n’y avait plus rien. Mais les distributeurs avaient prévu en amont d’en distribuer chaque jour, et avaient proposé que ce Charlie Hebdo reste en kiosque pendant huit semaines au total. Et ces derniers ont donc précipitamment ajouté dans la matinée que 2 millions d’exemplaires supplémentaires seront imprimés.

    Une queue impressionnante devant un kiosque parisien, le 14 janvier 2015. REUTERS/Stephane Mahe

    Par endroits, des accrochages violents

    A Paris et dans le reste du territoire français, ce fut en effet partout la même scène : des marchands de journaux assaillis dès l’ouverture par des clients parfois jaloux. L’Agence France-Presse rappelle que les ventes du journal étaient pourtant, avant le drame, en berne avec environ 30 000 ventes. Et l’AFP de pointer la « drôle de revanche » de l’hebdo, alors que l’un des frères Kouachi avait asséné en pleine rue, juste après leur attaque : « On a tué Charlie Hebdo ! »

    Il est rapporté que dans une supérette du XXe arrondissement de Paris, lorsque le rideau de fer s'est ouvert, les plus agiles se sont glissés par dessous comme au premier jour des soldes. Un fait parmi la multitude d'autres. Les écriteaux « plus de Charlie Hebdo » ont pullulé partout en France dès les premières heures. Il y a même eu des accrochages violents. Les témoignages de kiosquiers à bout affluent. Certains lecteurs chanceux s’affichent en photo avec leur perle rare sur les réseaux sociaux. C’est la tendance « selfie » du jour.

    Un point de vente de journaux en rupture de stock à Paris, le 14 janvier 2015. REUTERS/John Schults

    300 000 exemplaires destinés à l'export

    La vente est prévue dans plusieurs pays étrangers, ce numéro « collector » de Charlie Hebdo étant devenu un symbole de la liberté d'expression dans le monde. Michel Salion, un des responsables des Messageries lyonnaises de la presse (MLP), explique sur RFI : « Habituellement, Charlie Hebdo diffuse à l’étranger principalement dans les pays francophones, mais aussi dans d'autres pays d’Europe. Ca représente une dizaine de pays pour 4 000 exemplaires. Pour ce numéro-ci, nous sommes à plus de 300 000 exemplaires destinés à l’export. »

    Et d'énumérer parmi « la vingtaine de pays » en passe d'être franchie : « Singapour, l’Australie, l’Inde, la Hongrie, la plupart des pays européens, la Grèce... Il ne faut pas oublier qu’en plus de la version papier, Charlie Hebdo a annoncé qu’il y aurait probablement des versions numériques dans le futur et dans certains pays, peut-être même des impressions traduites. Mais ça, c’est de la responsabilité directe de Charlie Hebdo. »

    Le Premier ministre Manuel Valls s'est ostensiblement affiché avec le dernier numéro de Charlie Hebdo, ce mercredi au palais présidentiel, à Paris, sa main masquant la caricature de Mahomet. REUTERS/Christian Hartmann

    Sur Internet, quelques malins visent le « jackpot »

    « Demain dans la journée, il y a de nouveau 400 à 500 000 exemplaires qui vont partir. Et ainsi de suite : vendredi, samedi... On a organisé l’entreprise de façon à ce que l’on puisse faire ça jusqu’à lundi prochain inclus », nous confiait Michel Salion avant la vente. Mais de nouvelles livraisons sont désormais prévues dès ce mercredi après-midi. « On a beaucoup de demandes d'entreprises, d'associations, du monde culturel et politique », confie à l'AFP Véronique Faujour, présidente des MLP. Et de préciser que quatre sites d'impression ont été ouverts, au lieu des deux prévus initialement.

    « Il y en aura pour tout le monde », rassure la responsable des MLP, qui implore : « Surtout pas de spéculations, ne jouons pas sur les pénuries et prenons patience. » Peine perdue ? Des centaines d'exemplaires sont déjà en vente à l'achat immédiat sur Internet, à des prix qui dépassent l'entendement et dont on peine à croire qu'ils pourront trouver preneur puisqu'ils atteignent jusqu'à 100 000 euros pour un utilisateur d'eBay, qui propose un journal qui « semble neuf, mais ayant déjà été lu », et dont il propose une livraison « dans le monde entier ».

    Un lecteur du dernier Charlie Hebdo photographié dans un café à Nice, le 14 janvier 2015. REUTERS/Eric Gaillard

    Les vraies transactions : quelques dizaines d'euros

    Si certains vendeurs promettent de reverser une partie de la vente à l’équipe du journal sous forme de dons, personne n’est prié de les croire. « Il n'y a pas de collecte de rue pour Charlie Hebdo ! Attention aux crotales qui profitent. Le mieux est de vous abonner », a tweeté l'urgentiste Patrick Pelloux, chroniqueur pour l'hebdomadaire, tandis que Christophe Deloire, directeur général de Reporters sans frontières, dénonce un comportement « indécent ». « Des gens se sont amusés à déposer à l'étranger la marque " jesuisCharlie ", il y a une espèce de commerce parallèle qui s'organise, qui est absolument indigne, lamentable, indécent », dénonce-t-il.

    Les transactions réelles semblent s'effectuer à des niveaux plus raisonnables, à en juger par les prix qui s'affichent pour les exemplaires mis aux enchères sur les sites de vente. Les cours vont de quelques euros à une quarantaine. Outre le dernier numéro, d'autres vendeurs proposent des exemplaires d'autres moments forts dans la vie du journal, comme le numéro paru la semaine dernière, le jour même de l'attaque meurtrière des frères Kouachi. Ou encore, celui de novembre 2011 rebaptisé « Charia Hebdo ». La semaine dernière déjà, les enchères s'étaient envolées sur eBay.

    Micro-trottoir parmi les lecteurs : pourquoi vont-ils acheter Charlie Hebdo ce mercredi? 14/01/2015 - par RFI Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.