GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Cimetière profané: Hollande cherche à rassurer les juifs de France

    media Le président français François Hollande, lors d'une cérémonie de recueillement au cimetière juif de Sarre-Union, le 17 février 2015. REUTERS/Vincent Kessler

    La République défendra les juifs de France « de toutes ses forces », a promis mardi le président François Hollande lors d'une cérémonie de recueillement au cimetière juif de Sarre-Union, dans l'est de la France, où 250 tombes ont été dégradées. Les cinq profanateurs présumés, des adolescents mineurs, ont vu leur garde à vue prolongée jusqu'à mercredi. Les faits ont été commis jeudi dernier, mais n'ont été découverts que dans la journée de dimanche. Les suspects sont âgés entre 15 et 17 ans.

    « A travers vous, c'est (la République) qui est visée, ses valeurs, ses principes, sa promesse », a déclaré le président François Hollande en s'adressant aux juifs de France dans un discours prononcé à proximité immédiate du cimetière où quelque 250 tombes ont été saccagées. « Profaner, c'est insulter toutes les religions et souiller la République », a souligné le chef de l'Etat en présence de nombreux responsables de la communauté juive française, et d'un grand nombre de responsables politiques. La cérémonie a commencé par la prière des déportés et le kaddish, la prière des morts.

    Les Français de confession juive « écartent dans leur immense majorité la perspective de quitter leur patrie. Ils sont Français, ils aiment la France et leur place est naturellement en France », a encore souligné le chef de l'Etat, en allusion au récent appel lancé par le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu aux juifs européens à rejoindre Israël.

    Les gardes à vue des cinq mineurs, âgés de 15 à 17 ans, soupçonnés d'avoir saccagé le cimetière juif de Sarre-Union ont toutes été prolongées ce mardi de 24 heures.

    Le point sur l'enquête

    Un adolescent se présente spontanément à la gendarmerie de Sarre-Union lundi matin. Un garçon « très impressionné par les proportions que prenait cette affaire », selon les termes du procureur de la République de Saverne. Devant les forces de l'ordre, il se dénonce et livre quatre autres noms d'adolescents plus âgés que lui. Quelques heures plus tard, dans l'après-midi, les cinq suspects sont placés en garde à vue. Tous sont mineurs, le plus âgé a 17 ans, et tous sont issus de familles alsaciennes et lorraines. Quatre d'entre eux sont scolarisés, le dernier est stagiaire et aucun n'a d'antécédent judiciaire.

    La question de leur motivation reste pour le moment en suspens et devra être éclairée par l'enquête. L'un des adolescents s'est défendu de tout antisémitisme pendant son audition. Et d'après le procureur, les suspects n'étaient pas connus pour leurs convictions idéologiques. Les jeunes se seraient rendu compte du caractère religieux des tombes au moment de les saccager. Reste que les cinq mineurs sont susceptibles d'être poursuivis pour profanations de sépultures et dégradations de biens publics. Ils risquent jusqu'à sept ans de prison.

    Déclaration de Philippe Vannier, procureur de la République de Saverne, lundi 16 février : « En l'état des investigations, on ne connait pas les motivations de ces adolescents, qui n'ont pas d'antécédent judiciaire et dont on ne connaissait pas jusqu'alors des convictions idéologiques qui pourraient expliquer leur comportement. Ces sont des jeunes qui sont très, très choqués de la tournure des évènements. Il semble que ces jeunes considéraient ce cimetière comme étant abandonné. Ils se seraient rendu compte de ce que certaines des tombes étaient juives au moment de les saccager. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.