GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Procès Bettencourt: prison requise contre Banier, relaxe pour Woerth

    media Francois-Marie Banier, photographe et ex-confident de l'héritière Liliane Bettencourt, à Bordeaux, le 20 février 2015. AFP PHOTO / MEHDI FEDOUACH

    En France, après quatre semaines d'audiences au procès Bettencourt, ce vendredi était le jour des réquisitoire à Bordeaux. Si le parquet a requis la relaxe de l'ancien ministre Eric Woerth, poursuivi pour recel, il a demandé trois ans de prison dont 18 mois avec sursis pour Patrice de Maistre, l'ex-gestionnaire de fortune de la femme la plus riche de France. Trois ans de prison ferme ont été requis à l'encontre de François-Marie Banier, le photographe qui était devenu son confident.

    D'emblée le parquet a réservé les premières attaques de son réquisitoire à François-Marie Banier, l'ami intime de la milliardaire. Pour le procureur Gérard Aldigé, Banier est un menteur, un flagorneur qui pour soutirer des centaines de millions d'euros tenait sous son emprise totale une Liliane Bettencourt vulnérable.

    Banier encore qui se livre, dit le procureur, a un jeu de séduction pervers avec la richissime héritière. Il lui passe la brosse à reluire. Il se comporte comme le renard des Fables de la Fontaine pour obtenir ses largesses avant de requérir à son encontre la peine maximale prévue par la loi : 3 ans de prison et 375 000 euros d'amende. La peine requise pour le gestionnaire de fortune Patrice de Maistre est également de trois ans de prison, mais assortis de 18 mois avec sursis.

    En revanche, le ministère public a requis la relaxe de l'ancien ministre UMP Eric Woerth, poursuivi pour avoir touché de l'argent liquide du gestionnaire de fortune dans le but de financer les campagnes électorales. La conviction du parquet, qui avait déjà requis un non-lieu pour Eric Woerth à la fin de l'instruction, n'a pas évolué au cours du procès. Il considère que « les charges ne sont pas suffisantes, le doute bénéficiant par principe au prévenu ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.