GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Janvier
Mardi 15 Janvier
Mercredi 16 Janvier
Jeudi 17 Janvier
Aujourd'hui
Samedi 19 Janvier
Dimanche 20 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Contrôle au faciès: 13 plaignants devant la Cour d’appel de Paris

    media Un contrôle de police à la station de métro Barbès, à Paris. AFP PHOTO MIGUEL MEDINA

    Treize plaignants qui s'estiment victimes de contrôle au faciès se sont présentés devant la Cour d'appel de Paris, mercredi 25 février. Ils retournent devant la justice après avoir été déboutés en première instance en 2013. A leurs côtés depuis le début de la procédure, des associations de lutte contre les discriminations. Mais cette fois, ils reviennent avec un nouveau soutien, celui du Défenseur des droits.

    « On les contrôle parce qu'ils sont noirs ou arabes... » Pendant une heure, Me Slim Ben Achour, l'un des deux avocats des plaignants, raconte les contrôles au faciès subis par ses clients. « Il y a 13 personnes ici, mais nous aurions pu en avoir des centaines », souligne l'avocat. Parmi les plaignants présents à l'audience, un professeur de français et d'histoire de 35 ans. « Aujourd’hui, je ne sais toujours pas pourquoi j’ai été contrôlé ce jour-là. Je pense que oui c’est au faciès, parce que je suis noir, parce que j’habite un quartier populaire, parce que je suis jeune, parce que j’ai une capuche sur la tête, dénonce-t-il. Il n’y a même pas de reçu du contrôle d’identité, ni le lieu, ni mon nom, ni les motifs du contrôle. »

    L'absence de trace du contrôle d'identité, c'est justement ce que dénonce la défense. Elle est aujourd'hui appuyée par le Défenseur des droits, Jacques Toubon. A la sortie de l'audience, Me Félix de Belloy, second avocat des plaignants n'est pas inquiet. « On sait qu’on a perdu en première instance par une décision qui est bourrée d’erreurs juridiques, affirme-t-il. On pense qu’on peut gagner en Cour d’appel. On sait qu’on va gagner en Cour de cassation et de toute façon devant la Cour européenne des droits de l’homme. Ce sera une victoire écrasante. »

    Le représentant du ministère public a appelé la Cour d'appel à confirmer la décision de première instance. Il estime que l'Etat n'a pas commis de faute lourde. Il faudra attendre le 24 juin pour connaître la décision de la Cour d'appel.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.