GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: Manuel Valls à l’assaut des élections départementales

    media Manuel Valls dans l'Aude est venu supporter les candidats PS pour les prochaines élections départementales, le 26 février. AFP PHOTO/PASCAL PAVANI

    Manuel Valls a participé à son premier meeting de la campagne pour les départementales à Palaja dans le sud de la France, jeudi soir. Il effectue aujourd’hui un déplacement près de Rennes, suivi d’une autre réunion publique. A trois semaines du premier tour, le Premier ministre a décidé de s’engager à fond.

    Les départementales vont être le premier test électoral pour Manuel Valls en tant que Premier ministre. Et les résultats s’annoncent déjà mauvais. Les sondages placent le Parti socialiste en troisième position derrière le Front national et l’UMP. La défaite est quasiment assurée. Et pourtant, Manuel Valls a décidé de jeter toutes ses forces dans la bataille. Il l’a encore dit jeudi : « Je ne pars jamais battu. »

    La stratégie du Premier ministre est claire et affichée : il faut nationaliser le scrutin. Autrement dit, faire le contraire de Jean-Marc Ayrault aux dernières municipales. A Betton près de Rennes, ce soir, Manuel Valls sera accompagné de deux ministres importants : Najat Vallaud-Belkacem et Stéphane Le Foll.

    Cette entrée en campagne en force est destinée à afficher la détermination du gouvernement à essayer d’inverser la tendance en mobilisant l’électorat de gauche. Avec un angle d’attaque : tous contre le Front national. L’exercice est périlleux mais Manuel Valls bénéficie de l’effet « post-Charlie » qui a redonné un peu de « fierté » aux militants socialistes. Un poids lourd de l’Assemblée sourit en expliquant : « Il y a quelques semaines encore, personne ne demandait la présence des ministres. » Ca n’est plus le cas aujourd’hui. Manuel Valls va essayer d’en profiter.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.