GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: le débat sur le port du voile à l’université relancé

    media La secrétaire d'Etat aux droits des femmes Pascale Boistard a remis le débat sur le port du voile à l'université sur la table en se prononçant contre. AFP PHOTO/PATRICK KOVARIK

    Faut-il interdire le port du voile à l'université ? A cette question, la secrétaire d'Etat aux droits des femmes, Pascale Boistard, a répondu oui et a rouvert le débat.

    Volontairement ou pas, la secrétaire d’Etat aux droits des femmes Pascale Boistard a lancé une polémique en affirmant être contre le port du voile à l’université. La loi de 2004 interdit le port de signes religieux à l’école, au collège et au lycée. Une interdiction qui ne concerne donc pas les universités. Au grand dam de certains députés, comme l’UMP Eric Ciotti qui a déposé une proposition de loi allant dans ce sens.

    Du coup, il se réjouit : « Je soutiens ce qu’a dit Pascale Boistard. Elle a raison, on doit interdire le port du voile à l’université. L’université est un service public et dans le service public doit s’affirmer ce grand principe républicain de la neutralité. »

    Pascale Boistard trouve du soutien à droite, mais à gauche, on sent un certain embarras. Pour le député socialiste Razzy Hammadi, il n’y a pas de raison d’interdire le port du voile à de jeunes étudiantes qui sont majeures. « Il y a tellement de situations qui peuvent porter atteinte à la laïcité sur lesquelles il faut qu’on travaille et qu’on réfléchisse, qu’il n’y a pas lieu d’aller chercher des débats là où il n’y en a pas. »

    Face à cette polémique, certains, comme l’UMP Philippe Gosselin, estiment qu’il faut calmer le jeu. « Prenons un petit peu le temps de réfléchir vu qu’on n’est pas à quelques mois près, si nous prenons des mesures efficaces et pas de la poudre aux yeux », préconise le député de la Manche. Au moment où le gouvernement essaie de réformer l’islam de France, le sujet est sensible.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.