GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Départementales: la droite en tête, le FN progresse, la gauche résiste

    media Marine Le Pen est en passe de réussir l'enracinement du Front national. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Au soir du premier tour des élections départementales, les estimations placent la droite en tête, devant la gauche et le Front national. Crédité d'un score autour de 25 %, le parti d’extrême droite réalise son meilleur résultat dans une élection locale. Selon les dernières estimation, le FN est en tête dans 43 départements.

    C’est la petite surprise de ces départementales : le Front national n’est pas le premier parti de France, comme il l’avait été aux européennes. Pour la première fois, la dynamique de Marine Le Pen est enrayée. Le FN ne progresse pas d’une élection à l’autre.

    Au siège du parti à Nanterre, les cadres avaient du mal à cacher déception et amertume à l’annonce des résultats. Mais devant les médias, ils ont préféré positiver. Aurélien Legrand a dénoncé « le jeu des médias qui mélangent droite, gauche, des candidats sans étiquette avec des candidats PS, UMP-UDI. Une espèce de mélange général qui est uniquement destiné à masquer le fait que le Front national arrive deuxième, seul ».

    « J’avais dit qu’à partir de 20 %, c’était un succès, à 25, c’était un triomphe. Eh bien clairement c’est un triomphe ce soir », s’est félicitée Marine Le Pen. Jamais l’extrême droite n’avait été aussi forte dans une élection locale. Marine Le Pen est en passe de réussir l’enracinement du Front national, un passage obligé avant la présidentielle.

    L’UMP réussit sa stratégie de reconquête

    Second vainqueur de ce scrutin, la droite. Très largement en tête, elle peut tabler sur une France des départements repeinte en bleu dimanche prochain. Un succès pour Nicolas Sarkozy depuis son retour à la tête de l’UMP en novembre dernier. « L’alternance est en marche, rien ne l’arrêtera », a-t-il ainsi déclaré. Pas peu fier, il voit ainsi sa stratégie de reconquête validée.

    Le président de l’UMP appelle à la mobilisation pour le second et met à nouveau garde contre le vote FN. « Ce parti, qui a le même programme économique que l’extrême gauche, qui s’est félicité de l’élection du nouveau gouvernement grec d’extrême gauche, n’apportera aucune réponse aux difficultés des Français. Au contraire, il les aggravera », a-t-il prévenu. Nicolas Sarkozy a également réitéré la consigne du « ni-ni », ni Front national, ni gauche, pour les duel PS-FN à venir. Il entend de nouveau battre la campagne pour le second tour : il sera notamment à Perpignan jeudi prochain.

    Le PS estime avoir « limité la casse »

    La gauche, elle, est la grande perdante, alors qu’elle détenait 61 départements jusqu’ici. Partie au combat très divisée, elle a vu les électeurs manifester leur volonté de sanctionner le gouvernement. Dans au moins un quart des cantons, le candidat socialiste est éliminé dès le premier tour.

    Pour sa porte-parole, le Parti socialiste a néanmoins « limité la casse ». Alors que les sondages annonçaient une déroute, celle-ci a été évitée. Et cela, « grâce à une participation plus importante et un Front national qui n’est pas le premier parti de France », estime-t-elle. « Le mot d’ordre de ce soir, c’est que le Front national n’est pas le premier parti de France et je crois que ça vaut le coup d’être souligné », insiste-t-elle.

    Le Front national, c’est contre lui que le PS, mené par Manuel Valls, a fait campagne. Et va continuer à faire campagne pour le second tour. Pour cela, le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis appelle au front républicain. Un appel auquel s’ajoute un appel au rassemblement de la gauche. « Ce rassemblement se fera, parce que tous ceux qui imaginaient un parallèle entre la situation grecque et la France vont constater que la gauche, dans notre pays, est représentée par le Parti socialiste et qu’il n’y a pas d’alternative à gauche en dehors du Parti socialiste », affirme Claude Bartolone. Un message sans ambigüité aux écologistes et au Front de gauche…

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.