GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: en meeting, Sarkozy renvoie Valls et le FN dos à dos

    media Le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, ici en meeting le 16 mars 2015 pour les élections départementales françaises, a réaffirmé ce mardi 24 mars sa consigne de vote pour le second tour des départementales: l'UMP sinon rien. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Le président de l’UMP Nicolas Sarkozy était en meeting ce mardi soir 24 mars, à Asnières. Il a été accueilli par le maire UMP de la ville, Manuel Aeschlimann. Devant un parterre de militants, il s'en est pris au Premier ministre Manuel Valls, mais aussi au bilan du gouvernement. Son but, remobiliser les électeurs de droite pour le second tour de dimanche.

    Ce second tour des départementales est visiblement un duel. Nicolas Sarkozy n’hésite pas à s’en prendre personnellement au Premier ministre : « Mais est-ce que vous croyez que Monsieur Valls, il est de temps en temps dans son bureau ? Il regarde un dossier, il réfléchit ? Non, il parle. Il se saoule de sa propre parole. L’écho de sa propre parole revient à ses oreilles dans un dialogue singulier entre Valls et Valls, sous le regard interloqué de Français qui se disent : "Qu’a-t-on fait pour mériter ce spectacle ?" ».

    Pourtant le président de l’UMP voit plus loin que dimanche prochain et il n’accepte pas le poids du Front national dans la vie politique française : « Si je suis revenu dans la vie politique, c’est parce que je ne peux pas me résoudre à l’affaissement de la France, parce que je ne peux pas me résoudre au fait qu’un quart des Français qui vote, vote pour le Front national. Je ne peux pas l’accepter. Et je voudrais que la famille politique qui est la nôtre, nos candidats, s’adressent à chacun de vous. Je sais que je dois faire attention à ce que je dis parce que nous, nous incarnons l’alternance. »

    Et les militants y croient aussi. « C’était formidable, je vote pour lui. Je revote pour lui », témoigne l'un d'eux à la sortie du meeting.

    Avec le gouvernement et le Front national pour cibles, c’est bien sa consigne de vote pour dimanche prochain que Nicolas Sarkozy réaffirme : ne voter ni pour l’un, ni pour l’autre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.