France: Paris invite les maires européens pour parler climat - France - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

France: Paris invite les maires européens pour parler climat

media Le président de la République François Hollande entouré de la maire de Paris Anne Hidalgo et du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, le 26 mars 2015 à l'Hôtel de ville de Paris. REUTERS/Eric Feferberg

La mairie de Paris a déjà les yeux rivés vers la COP 21, la conférence climat qui aura lieu à Paris en décembre prochain. Les grandes villes jouent un rôle important dans la lutte contre le dérèglement climatique. Pour s’engager collectivement, la maire de Paris Anne Hidalgo accueille ce jeudi 26 mars les maires ou représentants d’une trentaine de grandes villes européennes en présence de François Hollande et de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et futur président de la COP 21.

Comment mutualiser les commandes publiques vertes de ces villes, c'est l'un des enjeux de cette réunion. Claire Roumet représente le réseau de villes en transition énergétique Energy Cities. Elle explique pour quel genre d’achats ces villes s'associent : « Pour acheter des bus qui soient électriques ou qui fonctionnent au biogaz ou pour investir ensemble dans la rénovation énergétique dans les bâtiments qui se ressemblent dans les différentes villes. Des exemples très intéressants existent déjà : en France, la ville de Brest et la ville de Dijon ont commandé ensemble le développement d’un tramway qui soit adapté aux deux villes. De cette façon, elles ont fait baisser le coût de cet investissement. C’est ce genre d’initiatives qui sera porté par les maires européens. »

Les transports autres que la voiture, voilà un levier important pour sauver le climat, confirme David Bélliard, co-président du groupe des élus écologistes à Paris : « On veut réduire la place de la voiture, et promouvoir toutes les formes de transport. Par exemple le vélo, 100 millions d’euros vont être consacrés au plan vélo. Le nombre des pistes cyclables sera multiplié par deux en cinq ans ! C’est un effort considérable pour rattraper le retard de Paris dans ce domaine. On va également développer la marche à pied. Et on va évidemment renforcer et améliorer l’offre de transport public, ce sont des démarches très importantes dans la lutte contre le changement climatique. »

L'impact du manger bio

Presque tous nos comportements ont un impact sur le climat. Par exemple, manger bio, qui revient à favoriser l’agriculture biologique, est bon pour le climat, car elle est moins énergivore que l’agriculture industrielle. C’est justement ce modèle agricole que Jérôme Gleizes, élu écologiste à Paris appelle de ces vœux : « Le fait qu’une collectivité territoriale décide d’acheter des produits bio favorisera le secteur de l’agriculture biologique et en même temps le maintien des terres agricoles. Ou prenons la rénovation thermique. Si une ville investit dans la rénovation thermique de ses bâtiments, cela favorisera un secteur qui a besoin de demandes pour être rentable. »

L’action des villes est donc primordiale parce qu'elles représentent des marchés importants. Et tout simplement, parce que nous sommes nombreux à vivre dans les villes. Notre comportement pèse lourd, souligne Mark Watts, directeur de C40, le réseau des villes en lutte pour sauver le climat : « C40 porte le message suivant : la lutte contre le changement climatique va être gagnée ou perdue dans les villes. La moitié de la population mondiale vit dans les villes, plus des trois quarts de l’énergie est consommée dans les villes : vous ne pouvez pas changer le climat sans changer notre façon de vivre dans les territoires urbains. Heureusement, la plupart des initiatives entreprises pour réduire les émissions des gaz à effets de serre consistent également à rendre la vie dans les villes beaucoup plus agréable. Plus de transports publics, une meilleure façon de collecter et de gérer les déchets, des voitures électriques au lieu des véhicules polluants.
Le but de cette rencontre est donc de montrer que les maires des villes veulent travailler ensemble et agissent déjà pour réduire les émissions. Nous espérons que l’action des villes stimulera celle des gouvernements nationaux, pour qu’ils soient plus ambitieux lorsqu’ils viendront à Paris en décembre prochain. 
»

C'est bien le but explicite de la maire de Paris, Anne Hidalgo. L’élue entend avec cette rencontre des maires européens enclencher une dynamique de succès en vue de la COP 21, la conférence des Nations Unies sur le changement climatique.

Prévenir des catastrophes humanitaires et politiques
François Hollande Président de la République française 26/03/2015 - par Anissa El Jabri Écouter

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.