GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 23 Octobre
Mardi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Chrétiens d'Orient : la RATP fait marche arrière

    media Le groupe «Les prêtres».

    La RATP a souhaité mettre fin à la polémique. L'affiche de promotion du concert du groupe «Les prêtres» portera bien la mention «En faveur des chrétiens d'Orient». L'entreprise de transport parisien avait dans un premier temps invoqué le principe de neutralité pour s'opposer à la présence des affiches dans les couloirs du métro. Le tollé a été général dans la classe politique et dans le clergé. Lundi 6 avril, le PDG de la RATP a reculé et annoncé le retour des affiches et la RATP prendra en charge les frais de cette nouvelle campagne.

    La RATP met fin à la polémique concernant le concert du groupe «Les prêtres». Les affiches dans le métro porteront bien la mention «en faveur des chrétiens d'Orient». L'entreprise de transports publics parisiens avait refusé cette mention au nom du «principe de neutralité du service public». Un choix qui avait suscité beaucoup de critiques dans les milieux catholiques et politiques.

    Le Premier ministre Manuel Valls avait même appelé à la fin des débats «stériles». Jean-Vincent Placé, sénateur de l'Essone, s'est dit «sidéré», qualifiant de honteuse la décision. Le député UMP Thierry Solère dénonçait lui «une faute» et une «application bébête» de la laïcité par la RATP.

    Monseigneur Di Falco, êvèque de Gap et organisateur du concert du groupes «Les prêtres» à l'Olympia le 14 juin, se réjouit de la décision du président de la RATP qui va selon lui dans le sens d'un apaisement. Déjà en novembre 2012, la régie publicitaire de la RATP avait refusé une campagne d'affichage contre l'islamophobie, arguant de son caractère religieux.

    Je ne peux que me réjouir de cette décision. Parce qu'elle rejoint ce que nous espérions et puis je pense que la polémique a pris une telle importance que c'est bien de se donner les moyens de l'apaiser. Et c'est ce qu'a souhaité faire le président de la RATP...
    Msgr Di Falco 07/04/2015 - par RTL Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.