GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Trump demande à Erdogan de libérer le pasteur américain détenu en Turquie (Twitter)
    France

    FN: la famille Le Pen s’écharpe au grand jour

    media Le divorce politique semble désormais consommé entre Jean-Marie Le Pen (g.) et sa fille, Marine, ici le 7 septembre 2014. AFP/ Valéry Hache

    Nouvelle crise ouverte au Front national entre Marine et Jean-Marie Le Pen. La patronne du FN est déterminée à s'opposer à une candidature de son père aux prochaines élections régionales. En cause, une interview de Jean-Marie Le Pen au journal d'extrême droite Rivarol, dans laquelle il critique la stratégie de sa fille, réhabilite l'ex-maréchal Pétain, fustige la démocratie, en appelle à sauver l'homme blanc, et parle de « l'immigré Manuel Valls ». La rupture est consommée.

    C’est sans doute cette phrase-là qui a mis le feu aux poudres. « Je n’ai jamais considéré Pétain comme un traître », déclare Jean-Marie Le Pen à Rivarol, avant de bien préciser le fond de sa pensée : « L'on a été très sévère avec lui à la Libération ». Des propos qui vont rapidement susciter un véritable tollé au sein même du Front national. Premier à réagir, Louis Aliot, le compagnon de Marine Le Pen, qui juge, ce mercredi matin, sur Twitter l’entretien « parfaitement scandaleux », avant d’ajouter, radical : « nos désaccords politiques sont désormais irréconciliables ». Une ligne confirmée quelques minutes plus tard par Florian Philippot, le bras droit de Marine Le Pen : « la rupture avec Jean-Marie Le Pen est désormais totale et définitive ». Ambiance…

    Marine Le Pen s’oppose à la candidature en PACA de son père

    En milieu de matinée, la décision tombe : Marine Le Pen annonce s’opposer à la candidature de son père en Provence-Alpes-Côte d’Azur pour les prochaines régionales. Pour la présidente du Front national, « Jean-Marie Le Pen semble être entré dans une véritable spirale entre stratégie de la terre brûlée et suicide politique ». Dans un communiqué, elle dénonce « les provocations aussi grossières » de son père, des provocations dont l’objectif, écrit-elle, « semble être de me nuire, mais qui, hélas, portent un coup très dur à tout le mouvement ». Un bureau exécutif est convoqué pour statuer sur le cas de Jean-Marie Le Pen. La présidente du FN n’avait sans doute plus le choix. Les propos de son père décrédibilisaient son parti et remettaient en cause sa stratégie de dédiabolisation, une stratégie mise en place à son arrivée à la tête du parti en janvier 2011.

    Un élu local FN : « J’ai l’impression de revenir vingt ans en arrière »

    Comment cette rupture est-elle perçue au sein du parti ? Pour l’instant, les rares cadres qui acceptent de parler donnent raison à Marine Le Pen. C’est le cas de cet élu local, qui dit avoir adhéré au Front national dans les années 1990 pour ce que Jean-Marie Le Pen représentait. Aujourd’hui, il dit ne plus comprendre, « Là ce n’est plus possible, j’ai envie d’en pleurer », avoue-t-il. « Pour moi, les chambres à gaz ne sont pas un point de détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale », et cet élu du Sud de conclure, amer : « j’ai l’impression de revenir vingt ans en arrière ». Autre personne à approuver la décision de Marine Le Pen : Steeve Briois. Pour le maire d'Hénin-Beaumont, par ses propos, Jean-Marie Le Pen s’est mis lui-même hors jeu.

    Jean-Marie Le Pen peut-il rester au FN ?

    Que va-t-il se passer maintenant ? Il semble clair désormais que Jean-Marie Le Pen ne conduira pas la campagne du Front national en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Sa nièce, Marion Maréchal Le Pen - qui n’a pour l’instant pas réagi à cette mise à l’écart - pourrait prendre sa place comme tête de liste. Deux questions vont désormais rapidement se poser : Jean-Marie Le Pen peut-il conserver sa place de président d'honneur du Front national ? Et peut-il tout simplement rester dans ce parti qu’il a lui-même fondé en 1972 ? De la réponse à ces questions dépend l'avenir du parti. Une chose est sûre, comme en 1998, le Front national est aujourd’hui en pleine crise. Marine Le Pen l’a même reconnu ce mercredi matin. « C’est une crise sans précédent », a-t-elle confié à nos confrères du journal Le Monde.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.