GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Disparition de François Maspero, éditeur et auteur militant

    media François Maspero, ici en 1967. L’éditeur et auteur français est né le 19 janvier 1932 et mort le 11 avril 2015. AFP PHOTO

    Il a été retrouvé mort dans sa baignoire, à l'âge de 83 ans, le 11 avril au soir. François Maspero, figure de la contestation dans les années 1960 et 1970, le fondateur des éditions Maspero a publié de nombreux grands auteurs, de Frantz Fanon à Tahar Ben Jelloun en passant par Louis Althusser et des textes militants contre le stalinisme, le sous-développement et le néocolonialisme. Portrait d'un homme engagé et sur tous les fronts.

    Autodidacte, François Maspero avait trouvé dans la littérature une arme d'indignation. Libraire à 23 ans, éditeur quatre ans plus tard, fondateur de la revue anticolonialiste Partisans en 1961, sans oublier traducteur des œuvres de Joseph Conrad, Alvaro Mutis ou Carlos Ruiz Zafón. L'enfant qui avait vu son père partir à Buchenwald et son frère tué par les Allemands n'avait jamais cessé de s'insurger. Surtout contre les guerres : d'Espagne, d'Algérie, d'Indochine…

    Maspero s'est ainsi imposé comme un éditeur militant, ce qui lui vaut aussi d'être censuré, une quinzaine d'interdictions sous le régime gaulliste frappent son catalogue, dont La Question d'Henri Alleg, Une Victoire de Jean-Paul Sartre et Main basse sur le Cameroun de Mongo Beti. Éreinté par de fortes amendes, des peines de prison et la suppression de ses droits civiques, Maspero passe la main en 1982 et sa maison est rebaptisée La Découverte. Malgré un accident de moto, une tentative de suicide, il reprend le combat avec sa plume et désormais c'est Maspero l'écrivain.

    À la cinquantaine, il devient auteur et publie une quinzaine de livres, romans, essais, récits de voyage. Révolté, bourru, l'intellectuel de gauche n'était pas que dans la contestation et aimait aussi rappeler que son nom « ma spero », en italien, signifie « mais j'espère ».

    « Les mots ont un sens »

    François Maspéro explique son métier d'éditeur, sa relation au livre et son engagement au cinéaste, Chris Marker

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.